"Démerdez-vous !", les passagers du vol Nantes-Bastia Volotea coincés à l'aéroport de Nantes-Atlantique ont dû trouver une solution tout seuls

Publié le Mis à jour le

Les 180 passagers du vol V7266 sont restés coincés à l'aéroport de Nantes-Atlantique. Leur vol, a été annulé par deux fois par Volotea. Chacun a dû se débrouiller pour trouver une solution.

Aux dernières nouvelles ce mercredi matin, le problème n'a pas été résolu pour les 180 passagers du vol V7266 Nantes-Bastia.

"Certains des passagers sont restés très tard (mardi soir) à l'aéroport de Nantes afin de trouver une solution pour notre destination en Corse, explique Louis Berettini, l'un des passagers, certains ont pris la décision de rejoindre des villes comme Lyon par le train. Des amis, un couple avec 2 enfants ayant un handicap, assistés par un chien accompagnateurs, n'ont pu continuer leur aventure".

Le vol V7266 qui devait décoller de Nantes vers Bastia lundi 27 juin à 17h20 a été une première fois annulé, sans raison.

"Volotea c'est impossible de les joindre", déplore Louis Berettini, l'un des passagers du vol V7266. Comme tous les autres passagers de ce vol, il a reçu de simples textos l'informant de la situation.

"On a attendu, attendu, attendu, ça a été reporté, reporté, c'est bien simple on a attendu jusqu'à 23h" lundi soir, poursuit le passager.

"A 14h35 (ce mardi 28 juin) un vol vers Bastia est parti, poursuit Louis Berettini, nous, non, depuis hier on poireaute et on annule encore le départ", prévu à 17h20 mardi soir. 

On enregistre les bagages, on va en salle d'embarquement , arrivés en salle d'embarquement, on nous dit : non, non, c'est annulé

Louis Berettini

Passager du vol V7266

Les quelque 180 passagers sont donc restés coincés à l'aéroport. Si certains ont regagné leur domicile à Nantes et ses environs et d'autres ont pu être hébergés dans la nuit de lundi à mardi, la majorité est restée dormir sur place, espérant un vol, "certains ont dormi sur des sièges".

"Dès l'annonce de l'annulation du vol, le personnel qui est en charge d'assister les handicapés avait déserté, poursuit Louis Berettini, on a du aider ces personnes et récupérer leurs bagages ainsi que les nôtres. À notre grande surprise, nos bagages ont été jetés au sol, et le tapis roulant était arrêté". 

C'est chacun : démerdez-vous !

Louis Berettini

Passager du vol V7266

Les passagers du vol V2766 n'ont pas réussi à joindre Volotea, nous avons également essayé de joindre la compagnie aérienne en fin d'après-midi mardi. Elle nous a fait savoir en début de soirée mardi que "Volotea est en train de rassembler les éléments et prépare une réponse notamment sur la prise en charge de l’hébergement et du remboursement des dépenses engagées par les passagers."

Aucune aide n'a été prise en compte, nous sommes devenus des zombies

Louis Berettini

Passager du vol V7266

Au final, c'est un ami qui est venu récupérer Louis Berettini à l'aéroport Nantes-Atlantique, "il habite à 300 km de Nantes, j'ai quitté l'aéroport (mardi soir) à 22h30, fatigué. J'ai 67 ans ce n'est pas évident de gérer tout cela".

Ce mercredi matin, Volotea nous a indiqué avoir "respecté la réglementation européenne" et avoir "pris en charge les frais d'acheminement, la nuit à l'hôtel voire deux nuits pour certains passagers, et Volotea a pris en charge les chèques restaurant".

Tous les passagers seront remboursés de leur vol

Volotea

Pour l'heure, Louis Berettini nous a affirmé ne rien avoir reçu de Volotea, "pas un seul imprimé pour pouvoir nous faire rembourser des frais que nous avons engagés", "la seule et unique "récompense" c'est une carte de de crédit de 10 euros pour les journées de lundi et mardi".

Pour ce qui est d'acheminer les passagers vers Bastia comme prévu, la compagnie aérienne précise que "la solution c'était le remboursement et une proposition d'acheminement avec d'autres compagnies aériennes car Volotea ne pouvait pas assurer les opérations".

"On a eu plusieurs soucis sur différents vols assez aléatoires, explique Volotea, pour ce vol Nantes-Bastia, on n'a pas pu assurer les opérations d'où la solution avec d'autres compagnies aériennes".