Dimanche en Politique : les ambitions de Johanna Rolland, maire de Nantes

Elle vient d'être nommée porte-parole du Parti socialiste en vue de l'élection présidentielle. Une nouvelle étape vers une stature qu'elle veut nationale. Johanna Rolland, maire de Nantes, est l'invitée de Dimanche en politique. Une émission ou elle annonce plusieurs mesures.

© Claude Bouchet / France Télévisions

►Voir ou revoir l'émission (diffusée dimanche 14 mars à 11h30)

durée de la vidéo: 28 min 19
Dimanche en politique avec Johanna Rolland, maire de Nantes

En Septembre dernier, elle avait élue présidente de France urbaine, l'association des maires des grandes villes, aujourd'hui elle est nommée porte-parole du PS. Johanna Rolland pousuit sa route politique et une ambition nationale au service de ce qu'elle appelle "la social-écologie". Mais affirme t'elle, ce qu'elle fait, "c'est au service des Nantais et des Nantaises". "Quand je négocie avec Jean Castex un contrat de relance entre  l'Etat et les métropoles, c'est en tant que présidente de France Urbaine, mais c'est du plus pour Nantes". Il est vrai qu'en visite à Nantes, le 26 février, le premier ministre a distribué des millions, au titre de la relance, pour la cathédrale, le nouveau CHU ou encore la rénovation thermique des batiments publics. "Etre maire, dit-elle, c'est aussi porter des convictions et lutter contre les inégalités". Dans son rôle de porte-parole du PS, avec des maires socialistes et écologistes, elle participera à l'écriture d'un projet unique porté par un candidat unique à l'élection présidentielle.

►Le portrait politique de Johanna Rolland

durée de la vidéo: 02 min 36
Le portrait de Johanna Rolland, actuelle maire de Nantes

Gratuité des transports le week end

Allier le social et l'écologie, c'est désormais le crédo de Johanna Rolland. La maire de Nantes a annoncé dans l'émission la gratuité des transports en commun dès le 1er jour des vacances de Pâques, le 24 avril. Une promesse de campagne qui devait être mise en oeuvre en septembre et qui est avancée "pour donner un signal d'espoir, un signal positif. C'est bon pour le climat et c'est bon pour le pouvoir d'achat". Cette mesure, 10 millions par an, elle s'inscrit dans un contexte: "la ville à 30 km/h, de nouvelles pistes cyclables et la baisse de 20% du prix des abonnements de transports", et ça selon Johanna Rolland, "ça contribue à améliorer la vie des Nantais et c'est ma seule boussole".

Johanna Rolland annonce la gratuité des transports à Nantes le week-end à partir du 24 avril

Deux projets pour le quartier des Dervallières

Face à l'insécurité, "pas question de baisser la garde", dit-elle. Johanna Rolland a proposé la création d'un service régional de la police judiciaire et met des locaux à disposition. Il faut "continuer sans relâche la bataille de la prévention et de la sanction. La justice est essentielle."

Pour éviter le sentiment d'abandon dans le quartier des Dervallières, 2 projets vont voir le jour. Un nouveau service aux personnes et un nouveau pôle avec des commerces. Depuis 2 ans et les émeutes qui avaient embrasé les quartiers nantais, les bâtiments publics étaient restés incendiés. 

Pas de RSA Jeunes 

Face à la crise sanitaire, la maire de Nantes et présidente de Nantes Métropole affirme "avoir changé les règles de la distribution des aides sociales". "On a augmenté la fréquences des aides sociales et élargi ces aides à d'autres populations et à la classe moyenne" dit-elle. Mais pas question de voter, comme à Lyon Métropole, un RSA pour les jeunes de 300 à 400 euros par mois. Selon la maire de Nantes "ça, c'est le rôle de l'Etat".

La directrice de la SEM Folle Journée démissionnée

Des irrégularités comptables, c'est qui a été constaté dans les comptes de la Folle Journée. Résultat, la ville de Nantes a porté plainte contre la directrice générale de la Société d'Economie Mixte de la Folle Journée, Joëlle Kerivin, qui était également présidente de l'Espace Simone de Beauvoir à Nantes. "Il y a eu faute grave, déclare Johanna Rolland. La directrice de la Folle Journée a donc été démissionnée". Mais "c'est sans conséquence pour le festival de la Folle journée qui est maintenu. Initialement reporté au 9 avril, il pourrait finalement avoir lieu en juin pour des raisons sanitaires".

 

 

 

 

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
dimanche en politique politique covid-19 santé société