FC Nantes : 14 ans après, les canaris l'emportent à domicile

© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP
© PHOTOPQR/OUEST FRANCE/MAXPPP

Les canaris sont enfin parvenus à battre Rennes à domicile grâce à une panenka d'Abdoulaye Touré. Invaincu à domicile, le FC Nantes grimpe à la quatrième place de la Ligue 1, à l'issue de la septième journée.

Par CD avec AFP

Cela faisait six ans que les Nantais n'avaient plus battu les Rennais, l'année de leur retour en Ligue1. Et quatorze ans qu'ils ne l'avaient plus fait à la Beaujoire, devant leurs supporters qui ont dû trouver l'attente très longue.
    
Grâce à cette victoire, Nantes, entraîné par l'ancien Rennais Christian Gourcuff, dépasse au classement, avec 13 points, son grand rival (11 pts).
    

La première période a été pauvre en occasions : une seule nette, sur un tir du "Canari" Fabio (12e), détourné en corner de la tête par Damien Da Silva, le capitaine rennais, qui faisait son retour après un KO contre le Celtic Glasgow en Ligue Europa.
    
Elle peut surtout se résumer à une histoire de penalties. Alban Lafont a d'abord fauché Adrien Hunou, parti à la limite du hors-jeu, au coin de la surface. Mais le portier nantais des Espoirs s'est bien rattrapé en partant du bon côté et en arrêtant la tentative de Niang, très mal tirée (35e).
     

La panenka de Touré

Puis de l'autre côté, Kader Bamba, après une superbe roulette dans la surface rennaise, a peut-être été touché par Edouard Mendy (37e), mais l'arbitre n'a pas bronché. 
  
 0-0 à la pause, donc, mais sans l'ambiance d'un derby car les fans rennais avaient décidé de boycotter ce court déplacement pour protester contre les mesures sécuritaires entourant les supporters.
    
Après la pause, le jeu ne s'est pas amélioré, malgré les efforts des protagonistes, et Rennes a même failli trouver l'ouverture quand Fabio a contré in extremis un tir de Raphinha, qui venait d'entrer en jeu.

"Je suis content pour le club, car cette victoire représente quelque chose. J'ai apprécié le comportement de l'équipe dans l'abnégation, la solidarité. Ils ont été irréprochables, ils sont joueurs, ils se battent ensemble et l'ambiance rejaillit forcément sur la compétitivité et les résultats de l'équipe. On a eu des séquences intéressantes. Si on avait mis un deuxième but, on aurait pu avoir plus de sérénité", a déclaré le coach nantais Christian Gourcuff à l'issue de la rencontre.
"On a encore une grosse marge de progression. J'attends encore plus de maîtrise, mais sur le plan défensif on a été très costauds, avec une défense centrale qui régnait et qui nous a épargné beaucoup de désagréments. Rennes s'est mis à jouer très long, donc on n'a pas été déstabilisés. On a aussi été très efficaces pour remonter le ballon, même si je regrette l'occasion de Bamba en fin de première période (sur un penalty qui aurait pu être sifflé par l'arbitre). Sur la frappe de Mehdi (Abeid), il faut voir aussi que c'est une super action (qui a amené le penalty). J'aurais préféré qu'il marque directement, bien sûr. Et Abdoulaye Touré m'a désobéi en tentant une Panenka. On en avait plaisanté ce matin ", a expliqué Christian Gourcuff qui a signé, lors de cette 7e journée, une victoire personnelle, lui qui avait été évincé de Rennes.

 

Sur le même sujet

Chasse : les sangliers de la discorde

Les + Lus