FC Nantes : des supporters s'en prennent aux joueurs et aux salariés, sept interpellations

Les salariés et quelques joueurs du FC Nantes fêtaient le maintien en L1 ce dimanche soir, quand quelques dizaines de supporters cagoulés ont fait irruption dans le stade de la Beaujoire. Vers 22h45, ils s'en sont pris aux personnes et ont fait des dégâts matériels.

Après une saison chaotique et des matches de barrage contre Toulouse pour le maintien en L1 tout autant inégaux, des supporters cagoulés ont fait irruption dans le stade de la Beaujoire, provoquant quelques dégâts matériels et s'en prenant même physiquement aux personnels et à quelques joueurs présents. 

L'un de ces supporters a pu être ceinturé par des salariés du club, il a été remis à la police. Dans le même temps, d'autres supporters se sont confrontés à des proches de la direction venus enlever le cercueil du "FC Kita".

La police a procédé, à ce moment-là, à 6 interpellations. Sept personnes au total seront entendues ce lundi matin dans le cadre de l'enquête qui commence, selon nos informations.

Le faux cercueil du "FC Kita" avait été mis en terre près du stade par un millier de supporters le 23 mai dernier, juste avant le dernier match de L1. Les relations en supporters du FC Nantes et la famille Kita, le propriétaire, sont exécrables depuis plusieurs années.

Dimanche soir 30 mai, les Canaris ont arraché de justesse leur maintien en L1, en perdant contre Toulouse, premier de L2, 0-1. Au match aller ils avaient battu Toulouse 2-1. Contribuant ainsi à nourrir le ressentiment des supporters contre les Kita, père et fils, certains d'entre eux souhaitant une descente en L2 pour repartir du bon pied.

 

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité