Grande braderie de Nantes : l’espoir d’un nouveau souffle pour les commerçants

Après des semaines particulièrement difficiles, les commerçants misent sur les mois à venir pour relancer les ventes. L’optimisme est partagé, malgré un contexte sanitaire qui reste très incertain…
 

Environ 150 commerces participent à la grande braderie, les 4 et 5 septembre, dans le centre-ville de Nantes.
Environ 150 commerces participent à la grande braderie, les 4 et 5 septembre, dans le centre-ville de Nantes. © Lola Marotte/France Télévisions
"Nous avons beaucoup d’attentes sur la saison qui vient". Luc Hamon, co-gérant d’un magasin de vêtement au cœur de Nantes, profite de la grande braderie pour écouler ses stocks et renouer avec sa clientèle. "Notre situation économique est contrastée, mais nous gardons de l’optimisme pour les mois à venir".

L’optimisme est surtout porté par les bons résultats économiques de la saison estivale. L’été s’est révélé plutôt favorable pour les commerces, notamment à Nantes, profitant de la présence des touristes français. "On a bénéficié de l’afflux qu’il y a eu sur la côte, témoigne la responsable d’un magasin de bijoux. On a retrouvé notre clientèle. En revanche, les deux mois de fermeture sont perdus. C’est juste terrible."
 

Des commerces fortement pénalisés par le confinement

Ce constat contraste fortement avec la bonne santé économique de la région Pays de la Loire en 2019. Le taux de chômage était au plus bas depuis la crise de 2008 et les commerces ont profité pleinement de la croissance économique du pays, se traduisant par des créations d’emploi et une augmentation du chiffre d’affaires.

Les mesures sanitaires ont touché de plein fouet les commerces du centre-ville de Nantes, mais aussi de toute la région. Fermetures temporaires, pertes économiques, réorganisations liées aux mesures barrières… Pendant la période de confinement, la perte d’activité par rapport à une situation "normale" est estimée à plus d’un tiers par l’INSEE. De même, les créations d’entreprise ont chuté de plus de 60% et la consommation des ménages a diminué, comme partout en France, de plus de 30%.
 
Les commerces parient sur les grands événements pour relancer leur activité.
Les commerces parient sur les grands événements pour relancer leur activité. © Lola Marotte/France Télévisions
 

"On est complètement dans le brouillard"

La reprise de l’activité en ce mois de septembre ravit les responsables des commerces, mais beaucoup restent inquiets… "Maintenant, il faut absolument faire du chiffre d’affaires", assure Olivier Dardé, président de "Plein- Centre", l’association des commerçants du centre-ville de Nantes.  "On a une incertitude importante sur les prochaines semaines : est-ce qu’il y aura une reconfinement ? Est-ce qu’il y aura de nouvelles mesures sanitaires ? Toutes les opérations comme la braderie sont les bienvenues. Aujourd’hui on en a vraiment besoin."

Pour les commerçants de Nantes et de la région, l’hiver va être crucial pour éviter de mettre la clé sous la porte. "On est complètement dans le brouillard. S’il y a du chômage, ça veut aussi dire que le pouvoir d’achat va être limité, assure le président de "Plein-Centre". On n’a pas non plus de visibilité pour Noël. Pour certains c’est 30% du chiffre d’affaires. Cette période est très compliquée, il y en a qui ne s’en remettront pas."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie coronavirus/covid-19 santé société