• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Hellfest 2019 : dans les airs et dans les flammes, Kiss livre un show rodé

Gene Simmons - alias "The Demon" - crache du faux sang sur scène depuis des décennies et ne semble pas s'en lasser ! / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Gene Simmons - alias "The Demon" - crache du faux sang sur scène depuis des décennies et ne semble pas s'en lasser ! / © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Tête d'affiche de la soirée du samedi 22 juin, Kiss a bluffé le public en alliant standards et scénographie impressionnante d'inventivité. Avec un combat contre des soucoupes volantes et un vol en tyrolienne, les Américains ont prouvé qu'ils avaient encore le sens du spectacle.

Par Valentin Pasquier

"Hellfest, j'ai envie de te rejoindre ! Mais d'abord, tu dois hurler mon nom le plus fort possible !" Devant 60 000 personnes massées devant la Main Stage 02 du Hellfest pour assister au concert de Kiss, la voix stridente de Paul Stanley a aussitôt répondu aux interrogations du public.

Quelques secondes auparavant, une tyrolienne venait d'être envoyée sur la scène depuis une plate-forme placée au milieu de la foule. Après un troisième "Paaaaauuul" concluant, le chanteur de 67 ans s'est élancé au dessus de la foule pour aller entonner deux morceaux juché sur cette estrade, dont l'un de leurs plus anciens et plus célèbres hymnes I Was Made For Lovin' You. Celui qui tient le personnage de "Starchild" a donné de la voix tout au des deux heures de spectacle, hélant le public à chanter avec lui.
 

Chacun son solo !

Kiss a démontré, ce samedi 23 juin, que l'âge n'était pas un frein au spectacle. Chaque membre a eu son moment de gloire. Eric Singer, le "Catman", s'est envolé avec sa batterie pour un solo d'une dizaine de minutes.

Le bassiste Gene Simmons, qui ne cesse de tirer la langue et d'hypnotiser les spectateurs avec ses yeux exhorbités, ne se lasse pas de vomir du faux sang. Toujours impressionnant dans son costume de "Demon", il s'est envolé dans les airs pour chanter I Love It Loud sur une soucoupe volante, à dix mètres au-dessus de la scène.
 

Un bataille contre des extraterrestres

Ces mêmes soucoupes ont ensuite été "détruites" une à une lors du solo de Tommy Thayer. Dans un décor apocalyptique, "Starman" a pointé sa guitare puis envoyé une fusée sur chacune d'entre elles, protégeant ainsi la scène clissonnaise d'une probable invasion extraterrestre. La scénographie fut impressionnante de bout en bout, notamment sur War Machine où un dragon est apparu sur l'écran géante dans un déluge d'effets pyrotechniques.

 


Pas heavy métal pour un sou, Kiss semble avoir séduit le public du Hellfest. Les Américains ont surtout prouvé qu'il faisaient encore partie des groupes à grand spectacle qui règnent sur la scène rock mondiale.

Sur le même sujet

toute l'actu musique

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus