Hip Opsession 2024. Rencontre avec Nicolas Bluteau, designer des trophées Battle Opsession

durée de la vidéo : 00h03mn31s
Rencontre avec Nicolas Bluteau ©France Télévisions/M. Dreux

Qui dit Battle, dit compétition, dit récompense. Nicolas Bluteau est un designer nantais, c'est lui qui a créé et fabriqué les trophées des 2 Battles Opsession de cette année. Rencontre avec un artiste polyvalent, passionné par les cultures urbaines.

Le Battle Opsession est le rendez-vous des danseurs et danseuses venus des quatre coins de la planète. C'est le moment de se "batailler", de se jauger et de se faire juger dans différentes catégories. Et c'est avec fierté que les vainqueurs portent haut le trophée Battle Opsession.

Cette année, le festival a fait appel à un jeune designer nantais, Nicolas Bluteau. Rencontre avec cet artiste très inspiré par la culture hip hop.

Quel est ton parcours ?

Je suis designer industriel et designer d'objets. J'ai été diplômé de l'école de Design de Nantes en 2019. Ensuite, j'ai travaillé pour une startup de jouet en plastique recyclé made in France, qui s'appelle Les Mini Mondes et en septembre 2023, je me suis lancé en free-lance.

Comment es-tu arrivé sur cette aventure Hip Opsession ?

J'avais déjà réalisé leur trophée en 2017, suite à une rencontre avec l'équipe de Pick Up Production qui gère l'organisation du festival Hip Opsession. Et cette année, j'ai repris contact avec Nicolas Reverdito, le directeur de Pick Up pour me positionner sur les trophées 2024.

Quel était le cahier des charges ?

Il n'y a pas énormément de contraintes, si ce n'est que les trophées puissent tenir à plat. Dans cette compétition, il y a beaucoup de danseurs internationaux qui repartent en train ou en avion et qui ont besoin de caler leur trophée dans leur valise sans les abîmer.

Et la deuxième ligne du cahier des charges, c'est de bien mettre en avant le logo du festival.

Tu es le concepteur et le fabricant ?

C'est un projet que j'ai mené de A à Z. J'ai imaginé le concept, fait les premiers dessins, la modélisation 3D donc toutes les étapes de conceptions et pour finir la fabrication. J'ai profité des open ateliers d'Hyperlien, un fablab basé sur l'île de Nantes, j'y suis allé pour faire ma découpe laser plastique. J'ai profité de leur accompagnement et des dispos de leur machine pour faire certaines pièces chez eux. Ils accueillent très bien, c'était assez cool !

Les seuls éléments que je n'ai pas travaillés moi-même, c'est d'autres découpes laser que j'ai fait faire à l'atelier de l'école de Design. En tant qu'ancien étudiant, j'ai eu accès à cet atelier. Je leur ai fourni les planches et les fichiers et ils m'ont fait les découpes et les gravures.

Quels matériaux as-tu utilisés ?

J'ai utilisé du contreplaqué, des planches de bois et du plexiglas, c'est du plastique, du PMMA, si on veut rentrer dans la technique, Pour les pièces de plastique imprimées en 3D, là, c'est du plastique différent : du PLA.

Combien de trophées fabriqués et en combien de temps ?

J'ai réalisé 10 trophées au total. Un par catégorie à l'exception de la catégorie 3Vs3 pour laquelle j'ai fait trois trophées pour les trois gagnants et un trophée bonus pour le staff de Pick Up. Il voulait un souvenir !

Je n'ai pas compté les heures ! J'ai essayé de compter au début, mais j'ai perdu le fil. Je pense qu'il y en a pour 3 ou 4 semaines de taff en cumulé.

Quelles sont tes inspirations ?

Il fallait mettre le logo au cœur du projet et essayer de le mettre en valeur. Je me suis inspiré du graffiti pour le travail du lettrage et la mise en profondeur au milieu du trophée. J'ai pris un élément de certaines conceptions d'enceinte portable. Comme les JBL qui ont un profil circulaire et trois détails décrochés un peu en périphérie, donc j'ai repris un peu ce "décroché" pour rester cohérent avec l'univers de la musique. Je me suis aussi inspiré du motif en croisillon que l'on retrouve sur ces enceintes.

Tu aimes la culture hip hop ?

Je suis dans le hip hop depuis longtemps, j'écoute beaucoup de rap. J'ai pratiqué pas mal le graffiti aussi, j'ai fait pas mal de fresques.

Tes réalisations, et futurs projets ?

Alors, il y a eu la création des trophées Battle Opsession en 2017. Je suis très fier aussi de ce que j'ai pu faire chez Les Mini Mondes. Il s'agissait de plusieurs types de jouets en plastique recyclés pour enfants qui rendaient pas mal et qui ont eu beaucoup de succès auprès du public.

Dans les projets à venir, j'ai pas mal de petits projets à faire avancer tranquillement. Essentiellement d'impression 3D pour faire des systèmes d'assemblage. Des modules simples, à assembler pour créer des formes libres. Des produits ludiques sur le principe dans l'idée de Geomag, Kapla ou Lego. J'aime bien les objets ludiques.

Seras-tu présent aux deux soirées Battle Opsession pour voir tes trophées soulevés par les vainqueurs ?

Et non, je vais louper la date. Je ne suis pas dispo ce week-end-là. Je ne vais pas pouvoir assister à la remise en direct. J'espère recevoir des photos pour au moins avoir ça comme souvenirs !

Pas d'inquiétude pour Nicolas, comme pour tous ceux qui n'ont pas eu de place pour les Battles Opsession, France 3 Pays de la Loire diffuse en direct l'intégralité des deux soirées.

►À suivre en live : vendredi 1ᵉʳ et samedi 2 mars dès 19 h sur france.tv