Drogue : histoire d'une belle prise des stups de Nantes

Une prise comme celle-là, on s'en souviendra longtemps dans le métier. L'organisation du trafic, le profil du caïd, les nuisances subies par le voisinage. Tout est atypique. Et tout est allé très vite.
Le caïd, un jeune de 19 ans qui dirigeait ce trafic de drogue, se faisait appeler "El Chapo 3 T". "

"El Chapo" en référence à ce narcotrafiquant mexicain, le plus puissant au monde après le règne de Pablo Escobar et condamné à perpétuité aux Etats-Unis. "3 T" parce qu'il régnait sur trois tours de la rue Jacques Feyder dans le quartier du Breil à Nantes. Surtout sur celle du n°4.

C'était devenu son supermarché du deal. Il y avait même fait installer par ses troupes des barricades dans les escaliers, faites de meubles récupérés ou de poubelles de la ville pour retarder les opérations de police.


De l'argent ou du plomb

Ainsi, quand il y avait une descente, les policiers perdaient du temps à débarrasser les cages d'escalier et les dealers pouvaient remonter dans les étages pour se planquer dans les appartements des locataires. Ils avaient mis tout le monde au pas dans l'immeuble. Sous la menace de représailles, ils obligeaient les habitants à laisser leur porte ouverte.

Un peu partout, il y avait des affichettes "Plata o plomo". Ce qui signifie en Espagnol : "De l'argent ou du plomb". Encore une référence, cette fois à la série télévisée "Narcos". Pas facile de s'opposer à de telles menaces.

"El Chapo 3 T" avait sous ses ordres une dizaine de revendeurs, pour beaucoup mineurs. "On soupçonne même certains écoliers de 10 ans d'avoir transporté de la drogue dans leur cartable contre un petit billet" confie une source proche de l'enquête.

La petite bande s'était à ce point imposée auprès des locataires de l'immeuble que certains servaient contre leur gré de "nourrice". C'est à dire que quelques quantités de drogues étaient entreposées chez eux pour alimenter le commerce au quotidien.

Assez mégalo, le dealer en chef n'hésitait pas à s'afficher sur les réseaux sociaux avec sa petite équipe. Dans le quartier, on les reconnaissait facilement, tous portaient un jogging et une parka aux couleurs de la Juventus. "Ça nous a facilité le boulot" reconnaît un enquêteur.

On pouvait aussi trouver sur Instagram une petite vidéo, sorte de tutoriel, qui expliquait où trouver les points de vente et les prix.
 

10 000 euros par jour

Chaque jour, c'était en moyenne 500 clients qui passaient à la tour 4. Shit, herbe, cocaïne, héroïne, on vendait de tout. Pour un chiffre d'affaire quotidien d'environ 10 000 €.

Les affaires allaient si bien que le boss invitait parfois ses meilleurs "commerciaux" à Paris, dans un hôtel quatre étoiles sur les Champs Elysées. Avec même balade dans une belle cylindrée italienne. Le tout en jogging de la Juve.

Autant admiré que craint pour sa grande violence, "El Chapo 3T" s'est aussi amusé à défier les caïds des autres quartiers nantais. Quelques coups de feu tirés au Breil ces derniers mois trouvent sans doute leur explication dans ces provocations.

Mais ça ne pouvait pas durer. Trop voyant.
 

Les policiers du RAID rue Feyder

Début novembre 2019, la brigade des stupéfiants de la sûreté départementale ouvre une enquête sur ce point de deal qui pourrit la vie des habitants. 

Quatre mois plus tard, une centaine de policiers dont des spécialistes du RAID font irruption au 4 de la rue Feyder.

Fin de la série pour "El Chapo 3T". Il a été interpellé ainsi qu'une dizaine d'autres "objectifs". Quelques jours plus tard, en comparution immédiate, le garçon joue encore les fanfarons. Lorsque la présidente du tribunal lui demande s'il a quelque chose à ajouter, il répond : "Vous êtes très jolie"

Le procès a finalement été reporté en avril. 

Fin de la saison, mais pas fin de la série. Quand un réseau est démantelé explique un enquêteur, un autre prend la place. Il n'empêche, certains aux stups reconnaissent qu'ils n'avaient jamais vu un tel profil depuis qu'ils enquêtent.

"Ce qui a causé sa perte, explique un officier, c'est son manque de discrétion et trop de nuisances dans le quartier."

Les stups étaient assez contents de leur prise. Ils ont eu des retours très positifs des habitants de la tour 4, enfin débarrassés d'"El Chapo 3T" et de ses équipes.












 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers