"Hypersensible" la nouvelle exposition hyperréaliste du Musée d'arts de Nantes

Surprenante, intrigante... Il y a bien des mots pour définir cette nouvelle exposition du Musée d'arts de Nantes lancée le 7 avril dernier et en place jusqu'au 3 septembre. Près de quarante œuvres sont présentées au public, dont certaines inédites, dans cette exposition qui pose un regard sur la sculpture hyperréaliste, des années 1970 à nos jours.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

L'histoire de la sculpture hyperréaliste 

C'est dans les années 60 aux États-Unis que la sculpture hyperréaliste voit le jour. Son objectif est simple : reproduire au détail près le réel, au point parfois de créer la confusion entre l'œuvre et la réalité.

Le maître en la matière et l'un des premiers à se lancer dans la sculpture hyperréaliste est l'américain Duane Hanson. À travers ses œuvres, il a notamment cherché à dénoncer la société de consommation des années 60.

Autrefois gardée dans les réserves du Musée d'arts de Nantes, sa Flea Market Lady a rejoint le patio pour devenir une œuvre phare de cette toute nouvelle exposition.

Des œuvres des années 70 à nos jours 

Au fil de l'exposition, on découvre des œuvres de deux générations d'artistes : ceux qui ont lancé le mouvement comme Duane Hanson ou John de Andrea et des artistes modernes comme Sam Jinks ou Saana Murtti.

D'une génération à l'autre, le style évolue, le message diffère, mais la précision reste la même : en déambulant dans l'exposition, on confondrait presque les œuvres avec le public. C'est définitivement l'humain qui est au centre de cette exposition.

Une exposition qui ne laisse pas indifférent.e.s 

Si chacune des sculptures est unique et marquante, certaines toucheront plus facilement la sensibilité des uns et des autres. 

C'est le cas par exemple de la sculpture de l'Australien Sam Jinks qui représente deux nouveaux-nés avec une précision déconcertante, du pli des pieds à la position fœtale en passant par les cheveux naturels. Ces bébés faits de résines paraissant plus vrais que nature, on s'attend à les entendre pleurer à pleins poumons d'un instant à l'autre. 

Autre sculpture particulièrement impressionnante par sa taille et son détail : Camille de l'artiste Evan Penny. Cette œuvre représente une femme de face, cheveux lâchés sur les épaules et au regard appuyé qui semble dirigé directement vers le public. La précision des traits, du grain de peu et de l'expression ferait presque oublier la taille irréelle du visage de Camille. 

Des cadeaux à gagner ! 

France 3 Pays de la Loire est partenaire de l'exposition Hypersensible. À cette occasion, de nombreux cadeaux (Catalogues et affiches de l'exposition, goodies, entrées pour le musée...) sont à gagner sur le site du club france tv & vous. Tentez votre chance !