INTERVIEW. Hellfest Warm-up Tour 2022 de Rennes à Nantes : Tagada Jones chaud pour l'enfer !

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eric Guillaud

Ils ont pris le bus à Rennes le 20 avril et en descendront finalement le 7 mai à Nantes après un véritable tour de chauffe du Hellfest en 18 étapes et autant de concerts, les Tagada Jones raccrochent un instant les guitares et nous racontent cette belle aventure...

Bientôt trente ans de musique, deux mille concerts à travers l'hexagone et au-delà, des litres et des litres de sueurs déversées sur leurs instruments, dix albums studio, cinq albums live et une sacrée réputation de groupe rock tendance enragé et engagé, dignes héritiers de la scène alternatives des années 80, si vous ne connaissez pas encore les Tagada Jones, alors il n'est jamais trop tard, fermez les portes, mettez en lieu sûr votre belle vaisselle et montez le son...

Nous avons la rage ©Tagada Jones

 "Dans le style de musique que nous faisons, il n’y a pas de place pour les imposteurs, le public ne se trompe d’ailleurs pas la dessus. Perso, j’espère que lorsque que le groupe sera rincé, nous aurons le courage d’arrêter plutôt que de donner des prestations minables. La rage, c’est ce petit plus qui donne une énergie impalpable mais difficilement quantifiable, seulement sans rage: pas d’énergie, sans énergie: pas de Rock".

Extrait d'une interview datant de 2019 et toujours disponible ici, ces quelques mots de Niko, chanteur et guitariste du groupe, au sujet de la rage sonnent toujours vrais. Et rien ne semble arrêter les Tagada Jones, pas même les deux années passées sous covid.

Attendus à Clisson le 26 juin prochain où leur dernier passage a laissé un souvenir impérissable aux festivaliers, les Tagada Jones n'ont pas hésité à monter dès le début du printemps dans le bus du Hellfest pour un warm-up de dix-huit dates à travers l'hexagone en compagnie du groupe espagnol Crisix. Comment s'est déroulée cette tournée ? Comment l'ont-ils vécue ? Comment traversent-ils cette époque pour le moins troublée ? Réponse ici et maintenant...

Tagada Jones "Mort aux cons" Live At Hellfest ©Tagada Jones

La warm-up a débuté le 20 avril à Rennes, Dix-sept jours plus tard et autant de concerts, vous voilà arrivés à Nantes pour l'ultime date, la dix-huitième. Dans quel état ?

Niko. Aussi fou que cela puisse paraître, en pleine forme !!! Il y a forcément eu quelques afters mais dans l’ensemble on va dire que l’équipe est restée assez studieuse pour aller jusqu’au bout !!! Lorsque tu enchaînes autant de concerts en si peu de temps sans jour off tu n’as de toutes façons pas le choix. Nous sommes à fond et nous avons vraiment hâte de faire ce beau final à Nantes même si dans un autre sens il sifflera la fin de la récré…

l’équipe de la Hellfest Warm-Up est unanime : c’est la plus belle ambiance depuis la création de cette tournée !

Niko

Je sais que vous êtes friands des aventures humaines. Comment était celle-ci ? Comment l'avez-vous vécue et partagée avec Crisix, le deuxième groupe de la tournée ?

Niko. Vraiment, mais vraiment, une superbe ambiance, l’équipe de la Hellfest Warm-Up est unanime : c’est la plus belle ambiance depuis la création de cette tournée ! Je pense que l’excitation de reprise post Covid y est bien sûr pour beaucoup dans cette réussite car je ne doute pas que nos amis d’Ultra Vomit par exemple aient eux aussi mis une sacrée ambiance dans le bus !!! Crisix sont des gars adorables. Nous les connaissions d’une date que l'on avait fait ensemble à limoges il y a quelques années et on avait aussitôt sympathisé. Nous nous étions également revus au Hellfest from Home en 2021. Pour ces retrouvailles l’osmose a été quasi instantanée, nous n’avons pas mis longtemps avant de faire de petites apparitions sur scène les uns avec les autres. 


Des concerts au Hellfest en 2014 et 2017, une Nuit de l'enfer en 2019 au Zénith à Nantes, le Hellfest from Home en 2021 et le warm-up en 2022... Les Tagada Jones et le Hellfest, c'est une belle histoire d'amour ?

Niko. Oui c’est vrai, le Hellfest est un festival metal qui a ouvert un peu sa programmation aux musiques dures en général. S’il était resté sur sa ligne Hardcore-Metal au sens stricte du terme, nous n’aurions sans doute jamais pu profiter de ces incroyables concerts. En grossissant le festival a aussi laissé de la place au Punk, Rock’n roll, Stoner, Rock français et j’en passe… Ce que personnellement je trouve super, en fervent défenseur de la pluralité et de la diversité il me semble vraiment intelligent et intéressant de présenter au public la quasi-intégralité des musiques dures en France.

Les 4 éléments ©Tagada Jones

Quel est le fait marquant que vous retiendrez de cette tournée ?

Niko. La rencontre de l’univers Punk-Rock Français de Tagada avec celui du Trash-Metal de Crisix et à la clef toujours de très belles soirées réussies et de magnifiques sourires à la sortie. Un bel hymne à l’ouverture d’esprit et à la tolérance.

Il est évident que la colère continue de monter en nous lorsque l’on voit toutes ces aberrations et la bêtise humaine en général. Je n’oublierai pas de mentionner les réseaux sociaux qui aujourd’hui sont une plaie pour l’humanité et encore plus pour la jeunesse

Niko

Une tournée qui s'est effectué dans un contexte pourtant un peu particulier. Moins de covid mais le bruit de la guerre qui s'amplifie et un 2e tour d'élection présidentielle qu'on a déjà vécu. De quoi jouer encore plus fort et garder la rage ?

Niko. Il est évident qu’entre le second round de « La Peste et Le Cholera » en politique ou la guerre symbole d’un égocentrisme que l’on pensait révolu, je vais avoir pléthore d’inspiration pour les prochains textes. Je le répète souvent, chaque concert est un moment de partage et de bonheur avec le public. Nous ne faisons pas la morale ou de grands discours durant les shows, nos paroles se suffisent et les gens connaissent bien notre univers. D’accord ou non, nous n’avons jamais caché nos convictions. Il est évident que la colère continue de monter en nous lorsque l’on voit toutes ces aberrations et la bêtise humaine en général. Je n’oublierai pas de mentionner les réseaux sociaux qui aujourd’hui sont une plaie pour l’humanité et encore plus pour la jeunesse, là aussi nous allons en avoir des choses à dire !!!

Le dernier baril ©Tagada Jones


On se souvient encore du mémorable concert que vous avez donné sur la Warzone au Hellfest en 2017. Prêts pour remettre le feu ?

Niko. Waouhhhhhhhh, c’était tout simplement magique, extraordinaire ! Comme le dit si bien Alexxx du Hellfest Warm-Up chaque soir, j’espère que nous allons mettre la MainStage à feu et à sang !!!
On fera tout pour en tout cas avec quelques petites surprises en perspective. 

Mon message à tous les jeunes artistes sera : « ne lâchez rien, croyez en vous, la route est longue, dure et difficile, mais croyez-moi ça en vaut la peine ».

Niko

Vous jouerez cette fois sur la MainStage 2 le dimanche 26 juin. Comme une consécration ? 

Niko. C’est évidemment énorme, monumental pour un petit groupe qui a commencé sa carrière en tournant dans les squats ou les cafés concerts de Bretagne il y a un peu plus de 25 ans ! Mais restons humble, à notre place. Cette opportunité se présente car nous avons la chance d’avoir le plus gros festival de Metal du monde (avec cette double édition) aux portes de chez nous. C’est justement un signal très fort et très positif à envoyer à tous les jeunes groupes, rien n’est impossible !!! Nous sommes partis de rien et nous aurons la chance de fouler les planches de la MainStage cette année. Mon message à tous les jeunes artistes sera : « ne lâchez rien, croyez en vous, la route est longue, dure et difficile, mais croyez-moi ça en vaut la peine ».


Votre dernier album À Feu et à sang remonte déjà à 2020. Avez-vous des projets dans ce sens ?

Niko. La période de disette liée au Covid ne nous donne pas l’impression d’avoir un album si vieux que cela. Personnellement j’ai plutôt l’impression d’un bouton pause qui aurait été enclenché en 2020 et qui vient tout juste d’être désenclenché en mars 2022. Nous commençons à peine la tournée liée à cet album et je pense que l’on va le défendre comme à notre habitude pendant un an ou deux avant de repartir dans une nouvelle phase de composition.

Merci Niko, merci les Tagada Jones. Propos recueillis le 6 mai 2022

Plus d'infos sur Tagada Jones ici, sur le Hellfest là, sur le concert nantais le 7 mai à la Cité des congrès ici