Le festival Scopitone souffle sa vingtième édition à Nantes avec des mappings géants et le retour des nuits électro à Stereolux

Le festival des cultures électroniques et des arts numériques se déroule du 14 au 17 septembre à Nantes. Une formule resserrée sur quatre jours. Mais retour des nuits électro à Stereolux et deux mappings au Château des ducs et au bord de l'Erdre.

Depuis 2002 le festival Scopitone se réinvente chaque année.

Par volonté mais aussi par nécessité.

"On joue avec les contraintes" explique Eric Boistard, le directeur du festival, "car il n'y a plus actuellement de grand lieu d'exposition comme nous avions pu bénéficier au MIN de Nantes il y a deux ans ou l'an dernier à Stereolux".

Le choix s'est donc porté sur deux installations dans l'espace public "ce qui correspond à l'idée qu'on se fait de retrouvailles et du vivre ensemble" ajoute Eric Boistard.

Des mappings géants au Château et au bord de l'Erdre

Les deux projets en grand format sont en accès libre de 21h à 23h30.

Dans la cour du Château des Ducs de Bretagne l'artiste Yann Nguéma s'inspire du patrimoine artistique et de la culture indienne mis à l'honneur dans deux expositions qui leur sont consacrées actuellement.

"C'est une référence internationale en matière de mapping" détaille le directeur de Scopitone.

"Yann Nguéma est quelqu'un qui vient de la musique, il a notamment fait partie du groupe Ezekiel, un groupe qu'on connait bien et qui a été précurseur dans la fin des années 1990 de la relation entre musique et image" ajoute Eric Boistard.

"L'inde qu'il nous présente sur ce mapping gigantesque de 90 mètres sur 20 est bien sûr une Inde chimérique, rêvée" conclut-il.

Sur le quai Ceineray au bord de l'Erdre un habitué du festival, Joanie Lemercier présente "Constellations" une installation audiovisuelle intrigante. 

L'eau diffusée sous forme de gouttelettes suspendues présente comme un écran de projection et joue avec la lumière.

"Ca n'a jamais été fait pour Scopitone. C'est une œuvre qui est installée au milieu de l'Erdre" explique Eric Boistard.

"C'est un système de projection d'un nuage de fines gouttelettes d'eau à l'intérieur de laquelle est projeté de la vidéo qui permet de créer un effet de 3D" détaille-t-il.

Joanie Lemercier est un artiste très engagé sur la cause écologique.

Son œuvre est inspirée du cosmos.

Il n'y avait pas eu de mapping au festival Scopitone depuis 2015.

Un concert en quadriphonie à Stereolux

Autre lieu emblématique de cette 20éme édition : Stereolux, la salle de musiques actuelles située sur l'ile de Nantes, à côté de l'Eléphant..

Au programme des concerts programmés notamment une création "à huit mains en quadriphonie" orchestrée par le dj nantais Maëlstrom.

Le musicien s'accompagne de Flore, Fasme et Djectronic.

"C'est un dispositif très spécial puisqu'on installe aux quatre coins de la salle Maxi une scène pour chacun des musiciens" détaille Eric Boistard

"Le public est au milieu et il pourra choisir entre une musique en quadriphonie ou se rapprocher de chaque podium pour entendre une partie de l'œuvre qui a été pensée et écrite spécialement pour ce concert" rajoute-t-il.

 

Le retour des Nuits Electro à Stereolux

Parmi les concerts attendus samedi et dimanche le duo formé par Simon Lazarus et le nantais S8JFOU : une œuvre à cheval entre les arts.

La musique influe sur l'image et réciproquement.

Un live préparé notamment lors d'une résidence à Stereolux au mois de janvier 2022.

C'est le grand retour des Nuits Electro à Stereolux, samedi 10 septembre et dimanche septembre de 2h à 5h du matin avec un lieu redesignées spécialement pour l'occasion et un périmètre étendu aux Nefs.

L'événement ne s'est pas déroulé à Stereolux depuis 2018.

Il s'agit de mettre en avant les talents émergents français et internationaux et de tendre à la parité homme/femme dans le choix des artistes.

"Cette année Jean Michel Dupas (NDLR : le programmateur du festival) a été chercher des artistes qui mélangent des rythmes électroniques occidentaux (house, techno) avec des influences extra européennes." raconte Eric Boistard.

Ainsi le festival accueille l'ivoirienne Asna :

Et l'iranienne Neasa Azadikhah :

Mais aussi la kenyane Coco Em et l'algérienne Paloma Colombe.

"Pour nous c'est important de présenter des artistes femmes de pays où la condition des femmes n'est pas même pas qu'en Europe" soutient le directeur du festival.

Un gros festival qui veut rester petit

Quand on lui demande si le public sera présent de nouveau cette année dans les salles après le contexte sanitaire compliqué Eric Boistard se veut rassurant:

"Il n'y a pas de grosses têtes d'affiches mais dans une semaine on sera complet aux Nuits Electro (NDLR :a article rédigé le 9 septembre 2022) donc ça veut dire que les gens nous suivent" remarque-t-il.

Scopitone est un festival qui évolue en permanence. Pour deux raisons. La première c'est l'évolution des technologies artistiques et des usages liés au numérique. La deuxième c'est qu'on a suivi l'évolution urbanistique de la ville. De La Beaujoire à première année aux Ateliers et Chantiers de Nantes en passant par la Trocardière de Rezé, les Halles Alstom, le MIN de Nantes. On  essaye de montrer cette transformation de l'espace urbain.

Eric Boistard

directeur du festival Scopitone

Bref vingt ans, c'est vingt éditions différentes.

Le programme complet de Scopitone est visible ici

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité