Le Maillé Brézé, ancien navire de guerre, partira samedi vers Saint-Nazaire pour se refaire une jeunesse

L'ancien escorteur devenu un musée flottant incontournable à Nantes s'apprête à être escorté jusqu'à Saint-Nazaire. Un peu rouillé et défraîchi, il passera au moins deux mois en cale sèche pour y être restauré et repeint intégralement.

Il partira se refaire une beauté avec un peu de retard. Le Maillé Brézé, monument historique classé, devait quitter son port d’attache nantais ce vendredi 15 mars. Mais à cause d’un coup de vent rendant sa navigation périlleuse, il ne mettra les voiles vers Saint-Nazaire qu’un jour plus tard, samedi à 7 h 45.

Un million d'euros de travaux

Le navire de la Marine nationale, devenu musée en 1988, doit être remorqué pour être restauré. Abîmé par les embruns marins, le vieil escorteur d’escadre a rouillé en de nombreux endroits. Avant cela, nettoyage obligatoire : une vingtaine de bénévoles de l’association Nantes Marine Tradition s’active depuis lundi pour que le chantier puisse démarrer dans les meilleures conditions. 

C’est la remise en état totale du bâtiment, ce qui n’avait pas été fait lors du dernier carénage, ça avait été un peu plus léger.

Didier Tabart

Vice-président de l'association Nantes Marine Tradition

"Cette fois-ci, le bateau a vieilli énormément, donc il faut qu’on aille beaucoup plus loin, explique Didier Tabart, vice-président de l'association Nantes Marine Tradition, le bateau est repeint intégralement, d'en dessous de la quille jusqu’en haut du mât".

Coût total de la rénovation du navire de guerre : près d’un million d’euros, financés à 80 % par l’État et les collectivités, mais aussi à 20 % par des structures privées grâce au mécénat. 

Des travaux en cale sèche 

Impossible d’effectuer de tels travaux sur la Loire : le bateau sera installé en cale sèche pour éviter toute contamination de l’eau avec les copeaux de peinture au plomb.

"Au carénage, on va gratter pour enlever toute la rouille, on va remettre de la protection antirouille et puis repeindre pour que ça soit protégé pour de longues années" détaille Renan Pouclet, guide-bénévole pour l'association Nantes Marine Tradition qui gère le navire. 

Avant cela, il faut déplacer le bateau, à quai à Nantes depuis 36 ans. "Le remorquage va être relativement simple, un remorqueur prendra le bateau sur l’avant et un autre sur l’arrière", prévoit Fabien Bercegeay, salarié de la société de remorquage Boluda, chargée de manœuvrer.

Un bateau pour tirer, et un autre pour servir de gouvernail. "Sur l’arrière, on va mettre une patte d’oie, c’est-à-dire deux aussières sur le remorqueur arrière qui pourra retenir le bateau et le guider, et celui de devant va simplement le tirer", ajoute-t-il. 

Un "challenge"

Même si une telle opération reste un "challenge" pour Fabien Bercegeay, l’équipe de navigation connaît bien le vieux bateau, déjà déplacé à Dunkerque en 2016.pour le tournage du film éponyme de Christopher Nolan.

"C’est une opération délicate dans le sens où il y a du courant, il peut y avoir du vent, d’autres bateaux à remonter la Loire… Ça se fait doucement mais sûrement, mais en général ça se passe bien", assure le remorqueur, ancien mécanicien dans la Marine Nationale. 

Chaque année, le Maillé Brézé est visité par plus de 25 000 personnes. Il devrait retrouver son port d’attache début mai, après deux mois de travaux.

Les curieux pourront assister au départ ainsi qu’à l’arrivée du navire de guerre samedi 16 mars, à 7 h 45 à Nantes sur le Quai de la Fosse, et à 16 h à Saint-Nazaire, dans l’écluse sud du port. 

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité