Médecine. Greffe de bras bioniques : l’incroyable technique d’un chirurgien nantais

Au centre de la main de la clinique Jules Verne de Nantes, Edward de Keating Hart et son équipe ont opéré un troisième patient en mars dernier. Une greffe de bras bionique au niveau de l’épaule. Ce chirurgien est devenu le spécialiste de la technique chirurgicale de ré innervation musculaire ciblée en France et rêve que les prothèses puissent être mieux remboursées pour servir au plus grand nombre.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Il a un nom et un physique à jouer aux côtés du Dr Mamour dans Grey’s Anatomy. Le Dr Edward de Keating Hart est pourtant très loin de Seattle ou de la Californie où sont tournés les épisodes de la célèbre série américaine. Son terrain de jeu : les salles d’opération du centre de la main de la clinique Jules Verne de Nantes.

La Targeted Muscle Reinnervation

Quand il n’est pas sur une planche de surf, sur la côte ouest française. Ce chirurgien de la main est le premier chirurgien français à avoir posé des prothèses de bras bioniques. C’est le spécialiste de la TMR - la targeted muscle reinnervation - une technique chirurgicale de ré innervation musculaire ciblée qui vient des États-Unis.

Ainsi, les nerfs de la partie du bras qui n’a pas été amputée sont connectés à des muscles de ce même bras, eux-mêmes connectés aux électrodes du bras bionique.

"Et quand le patient pense par exemple à ouvrir la main, le nerf donne une impulsion au muscle qui, en se contractant, va donner l’information à l’électrode, permettant ainsi d’ouvrir la main", explique le chirurgien.

Edward de Keating Hart fait partie de cette génération bercée par Terminator et Robocop. Il reconnaît d’ailleurs qu’il y a certainement une empreinte de ces films de l’enfance dans sa destinée médicale. Mais, c’est aussi et surtout des rencontres. "J’ai fait une rencontre assez géniale avec un orthoprothésiste, Sylvio Bagnarosa, avec qui j’ai monté ce projet. On voulait tous les deux prendre en charge ces patients qui sont un peu les oubliés du système de santé et du système chirurgical".

Les patients

Priscille Deborah fût la première patiente greffée en 2018. Un succès. Deux autres patients ont suivi, Emmanuel en 2020 puis, plus récemment, Nicolas en mars 2023.

La particularité de Nicolas, c’est qu’il est amputé très haut, au niveau de l’épaule. C’est le premier cas en France d’une chirurgie de TMR aussi haute.

Dr Edward de Keating Hart

Chirurgien

"Nicolas a eu un dramatique accident de moto. C’est un patient qui est aussi amputé de la jambe. Il souffre de douleurs de membres fantômes très invalidantes. C’est en discutant avec Priscille Deborah qu’il a eu envie de se lancer dans ce projet. Son opération a été longue, environ 8 h. Aujourd’hui, il va bien. Il a très bien géré la phase de douleurs et il doit maintenant passer en phase de rééducation".

Peu de patients peuvent aujourd’hui bénéficier de cette technologie, pour plusieurs raisons. "La première, c’est le nerf de la guerre, c’est l’argent. Il faut un tiers responsable pour que l’assurance puisse financer cette prothèse. D’où la nécessité qu’elle soit remboursée le plus rapidement possible. La deuxième, c’est que tous les patients n’ont pas forcément besoin de cette technologie. Certains ont des prothèses basiques qui leur suffisent dans leur vie quotidienne. Et, pour des personnes qui ont subi un traumatisme, c’est très difficile de retourner au bloc opératoire. Enfin, les gens amputés ne souffrent pas tous de douleurs de membres fantômes insupportables, car cette chirurgie est faite pour lutter précisément contre ces douleurs liées à l’amputation".

Le Dr de Keating Hart milite aujourd’hui pour le remboursement de ces prothèses "pour aider les gens à se remettre sur le chemin de la vie et du travail".

Et, quand il n’opère pas ce Dr Mamour nantais partage sa passion du surf avec des patients amputés. "On sait très bien que le surf est une super thérapie pour toutes les sortes de handicap et de problèmes". Avec son ami Sylvio, il organise chaque année une journée d’initiation gratuite de handisurf. La prochaine pourrait avoir lieu en septembre, sur la côte ouest.

►Retrouvez tous les témoignages Vous Êtes Formidables sur france.tv

► Voir l'ensemble de nos programmes sur france.tv