• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Mouzeil, près de Nort-sur-Erdre : ces trois bébés sans bras ou main dont personne ne parle

Ryan, 8 ans, est né sans main droite / © Capture d'écran Franceinfo
Ryan, 8 ans, est né sans main droite / © Capture d'écran Franceinfo

En l'espace de deux ans, trois bébés sont nés sans bras ou sans mains à Mouzeil, en Loire-Atlantique. Une affaire d'autant plus troublante qu'elle trouve écho en Bretagne et dans l'Ain avec des cas similaires d'enfants malformés, nés à quelques années d'intervalle dans une même zone géographique.

Par Fabienne Béranger

Mouzeil, petite commune du nord-est de la Loire-Atlantique, située à une quarantaine de kilomètres de Nantes.
1 800 habitants, et trois enfants nés entre 2008 et 2009, sans bras ou main.

Un "agrégat spatio-temporel de malformations congénitales", comme le souligne la Cire, cellule d'intervention en région des Pays de la Loire, dans son rapport annuel de 2014."Au cours du mois de février 2013, un médecin rééducateur a signalé à la Cire la possibilité d’un agrégat spatio-temporel de malformations congénitales chez des enfants scolarisés en école maternelle dans une commune de Loire-Atlantique", précise le rapport annuel 2013 de la Cire, lui-même rapporté par le Remera, dans une étude de septembre 2016. 

"Deux enfants étaient âgés de 5 ans. Le troisième enfant était scolarisé dans une classe inférieure. (...) Après avis auprès du service de génétique du CHU de Nantes, ces deux cas ont été confirmés comme étant des défauts transverses terminaux isolés. Le troisième cas n’a pas pu être investigué."

Des cas d'enfants malformés en Loire-Atlantique dont visiblement personne ne souhaite parler, en tant que tel.
"Santé Publique France n'a jamais souhaité communiquer sur les trois cas de Mouzeil, préférant tenir secret le nom de la commune", nous a affirmé une source qui a souhaité rester anonyme.

Contacté l'établissement, placé sous la tutelle du ministère de la Santé, nous a cependant expliqué par la voix d'Anne Gallay, médecin et directrice des maladies non transmissibles et des traumatismes, que Santé Publique France "a des seuils. Au delà de ces seuils, on considère que l'on est en excès de cas. A Mouzeil, on parle de deux cas, le 3e enfant ayant d'autres pathologies."

"On a mené nos investigations auprès des parents pour voir ce qui s'est passé au cours de la grossesse"
 poursuit le médecin, "à Mouzeil, on n'a pas du tout d'exposition commune, c'est pour cela que nous n'avons pas poursuivi nos investigations".

"Les cas ne sont pas similaires, ce sont deux cas isolés" explique Hervé Bréhier, maire de Mouzeil , "la première maman habite depuis longtemps à Mouzeil et a d'autres enfants tout à fait normaux. En ce qui concerne le deuxième cas, les parents se sont installés à Mouzeil peu de temps avant la naissance de leur enfant. Il n'y a donc pas eu d'exposition durable de la mère qui aurait pu nous alerter."

"Ce sont des choses qui arrivent, dont l'origine peut être diverse, mais il faut qu'il y ait une fréquence suffisante pour qu'il y est alerte",
poursuit le maire de Mouzeil.
 

Des veaux sans côtes ni queue



Emmanuelle Amar, épidémiologiste à la Remera, le registre des malformations en Rhône-Alpes, s'est penchée sur des cas de malformations similaires dans l'Ain.

Entre 2009 et 2014, sept bébés sont nés sans bras ou sans main dans un rayon de 17 kilomètres autour de Druillat, commune située au sud-est de Bourg-en Bresse.

Dans aucun de ces cas de malformations, la prise de médicaments ou de drogue n'est en cause, pas plus qu'une anomalie génétique - Emmanuelle Amar

"On dit qu'une même cause produit les mêmes effets" poursuit l'épidémiologiste, "on cherche donc la cause, une substance dans l'environnement, une cause vétérinaire ou agricole... l'eau, l'air, l'alimentation..."

Car à Mouzeil comme à Druillat ou encore Guidel, cette commune de Bretagne où 4 cas similaires de malformation congénitale ont été signalés, des veaux des environs "sont nés, sans côtes et sans queue", souligne Emmanuelle Amar.

"Ce sont des rapprochements rapides. Moi, en tout cas, je n'ai jamais entendu de cas pareils à Mouzeil" s'étonne Hervé Bréhier, "Nous ne sommes pas un secteur très agricole comme certaines communes éloignées de Nantes. Pas de champs de tournesols, pas de maïs, ce sont plutôt des élevages à Mouzeil".

Les cas bébés malformés à Guidel et Druillat, "auraient pu nous alerter mais la temporalité et la zone géographique sont différentes", explique le Dr Gallay, "ce ne serait pas logique de regrouper ces clusters (groupement, NDLR)"
S'il existe des registres des malformations congénitales en Bretagne et en Rhône-Alpes, permettant d'étudier ces "agrégats" en revanche aucun registre en Loire-Atlantique. 
"On ne peut pas mettre des registres partout", poursuit Anne Gallay, "on met en place d'autres outils, un travail basé sur les données hospitalières".

MISE A JOUR. Dans un rapport rendu public ce jeudi octobre, Santé Publique France reconnaît l'existence de trois cas de bébés malformés à Mouzeil, "une situation d’excès d’agénésies transverses du membre supérieur dans la commune" .
► "L'oeil du 20 Heures" du 26 septembre 2018






 
 

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus