Nantes : les agresseurs présumés de deux adolescents en avril 2017 seront jugés aux assises en mars 2022

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabienne Even

Dans la nuit du 17 au 18 mai 2017 à Nantes, cinq hommes proches de l'extrême droite ont violemment passé à tabac deux jeunes hommes, Erwan et Steven. Les quatre suspects seront jugés aux assises en mars prochain. Le cinquième suspect est décédé.

Le soir du second tour des élections présidentielles, dans la nuit du 7 au 8 mai 2017, Erwan et Steven, deux jeunes de 16 et 18 ans sont tombés dans un guet-apens, à l'arrêt de tram du Chaffault à Nantes.

Vers minuit et demi, alors qu'ils circulaient à vélo, ils sont roués de coup par cinq hommes, membres ou proches du GUD, une mouvance d'extrême droite. 

Frappé à la tête, Erwan, 18 ans, souffre de fractures multiples au visage et aux cervicales. Il est même placé en coma artificiel pendant quatre jours. Son ami Steven, 16 ans, s'en sort avec des blessures plus légères.

Un mois et demi après les faits, quatre hommes, âgés de 21 à 28 ans sont placés en garde à vue. D'après Pierre Sennes, le procureur de la République de Nantes, les premières auditions laissent à penser que l'acte était prémédité. Les quatre individus cherchaient à se venger de manifestants avec lesquels ils auraient eu maille à partir dans la soirée et se seraient trompés de cible.

"Ils voulaient tomber sur des gens qui étaient à la manif antifas pour régler des comptes", expliquait le procureur de la République de Nantes, à la suite de leur audition.

En septembre 2017, un cinquième homme, soupçonné d'être impliqué dans l'agression était également mis en examen.

Le procès aux assises se déroulera en mars prochain à Nantes. Ils seront quatre dans le box des accusés car l'un des cinq suspects est décédé. 

Ils comparaitront pour "violence en réunion susceptible d'entraîner une infirmité permanente" sur Erwan, un crime qui peut être puni de 15 ans de réclusion, et pour "violences aggravées" sur Steven, un délit pour lequel ils risquent cinq ans de prison.