Nantes : vente aux enchères, petites voitures et petits trains pour grandes passions

Une vente aux enchères de modèles réduits et de jeux vidéo se tenait dans les locaux de Ouest Enchères Publiques à Nantes ce vendredi. 

Des modèles réduits ont trouvé preneur au prix de leur mise en vente, une dizaine d'euros parfois.
Des modèles réduits ont trouvé preneur au prix de leur mise en vente, une dizaine d'euros parfois. © France Télévisions

Sur l'estrade, Maître Klein tient le marteau de la main droite, et l'on sait qu'il s'apprête à conclure l'enchère lorsqu'il commence à secouer l'outil, symbole du commissaire-priseur.

"C'est bientôt Noël" annonce-t-il avec humour aux enchérisseurs, sous-entendu : "allez, ce n'est pas cher, vous pouvez en faire cadeau à un proche !"

Pierre-Guillaume Klein n'est pas un marathonien, et pourtant, ces après-midi-là dit-il, ont tout d'une course de fond. Commencée à 14h, la vente pourrait bien se poursuivre jusqu'à 19h.

 

 

350 lots de modèles réduits de trains, voitures, de jeux vidéo anciens, de BD, de cartes Pokémon... Certains objets datent des années 30, les plus récents du début des années 2000. "Jouets de collection - Retrogaming" annonce le programme de Ouest Enchères Publiques.

Dans la salle de la rue du Marché Commun, on a disposé les chaises à bonne distance les unes des autres et, tout autour, sont exposés les lots proposés à la vente. Une dizaine d'acheteurs sont là. Mais 450 autres se sont connectés sur le site d'interencheres.com pour participer à distance mais en direct.

Byllel est venu sur place pour tenter sa chance. Il n'est pas collectionneur, il vient pour acheter et revendre, faire la bonne affaire. "C'est un peu le casino, dit-il, c'est la drogue du joueur compulsif !" Byllel s'est intéressé aux ventes aux enchères il y a un an. Il n'a pas de domaine privilégié, jouets, électronique, voitures (des vraies). Il a parfois fait jusqu'à 30 % de plus-value sur la revente.

 

Byllel est venu avec un ami tenter de faire une bonne affaire.
Byllel est venu avec un ami tenter de faire une bonne affaire. © France Télévisions Olivier Quentin

Seulement deux femmes dans la salle. Annie est l'une d'elles. Elle est venue enchérir pour un ami qui habite... au Québec. Elle a passé sa matinée à photographier les lots, vérifier leur état et lui envoyer les clichés. L'ami trentenaire est collectionneur. Pas Annie. Quoique, elle a repéré une ou deux cartes Pokémon qu'elle s'offrirait bien. 

Sur l'estrade, Maître Klein enchaîne les lots, donne la marque, l'état de l'emballage et ajoute un mot s'il s'agit d'un modèle prestigieux. Comme pour ce modèle réduit de Jaguar XK. "A défaut de l'avoir en vrai !" tente-t-il d'intéresser. Annoncée à 150 €, la Jaguar partira finalement à 260 €.

D'autres lots, n'ont pas eu la cote et une série de véhicules militaires annoncée à 30 € qui n'a pas, dans un premier temps, trouvé preneur, est partie pour seulement 10 € !

Ouest Enchères Publiques avait déjà organisé une telle vente de jouets en mai 2020.
Ouest Enchères Publiques avait déjà organisé une telle vente de jouets en mai 2020. © France Télévisions Olivier Quentin

C'est déjà terminé pour Thomas. Il était venu pour deux lots de matériel ferroviaire. Il dit venir pour son fils de six ans mais on sent bien qu'il s'intéresse fortement à la question. Il était déjà passé l'an dernier pour acheter un train et quelques rails pour 150 €. Là, il est reparti avec des rails, des ponts et des transformateurs de rechange. Celui qu'il avait ne fonctionnait plus. Reste à assembler tout ça. Qui y prendra le plus de plaisir, le petit garçon ou le papa ?

Julien a pris place sur le côté droit de la salle. Ce collectionneur de voiture au 1/18e a chez lui quelques 200 modèles qu'il a placés dans une dizaine de vitrines suspendues. Il a repéré dans le catalogue de la vente une BMW série 5 des années 90 et une Ford Sierra de course de 1988.  D'habitude, il se connecte à interenchères.com mais là, comme c'était à Nantes, il est venu de Vigneux-de-Bretagne. 

Julien est passionné de modélisme depuis  l'âge de 10 ans. La faute à son père qui lui a offert la 1ère voiture, dit-il.
Julien est passionné de modélisme depuis l'âge de 10 ans. La faute à son père qui lui a offert la 1ère voiture, dit-il. © France Télévisions Olivier Quentin

"Si on ne dépasse par les 100 € par voiture, dit-il, ça sera bien!"

Mais voilà qu'arrive son lot. Tout va très vite. Il enchérit et emporte la BMW pour 110 €. On est dans la fourchette qu'il s'était imposée. Mais pour la Ford Sierra, ce sera plus âpre. Sur internet, la miniature semble intéresser du monde. Proposée à 60 €, le modèle réduit grimpe vite et dépasse les 100 €. Julien suit et surenchérit. 120, 130 ... Julien tente 140. Son concurrent sur internet s'accroche et l'emporte pour 150 €. Le marteau de Maître Klein frappe le pupitre. Raté ! 

Mais Julien ne s'avoue pas vaincu, il a repéré deux autres lots. "On verra" dit-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
jeux sorties et loisirs