Gaspard Florin était lauréat du concours Moteur au Festival de Cannes 2023. Étudiant en activité et réalisateur sur son temps libre, ce Nantais de 17 ans a marché sur les terres du cinéma international.

Rêver est une chose que les jeunes savent faire. On pense toujours que c'est à l'image de notre imagination, pourtant, à 17 ans, Gaspard Florin rappelle que tout est possible, quel que soit son âge.

Il s'est envolé de Nantes, sa ville d'origine, pour le panthéon du cinéma, au Festival de Cannes. Étudiant à la faculté de droit, le jeune homme s'est lancé un défi il y a quelques semaines : produire un film de 1 min 30 pour l'association Moteur.

Le principe de cette association est de "renforcer la confiance des jeunes et d'ouvrir à l'égalité des chances en leur permettant d'apprendre à mieux se connaître".

Un téléphone, une narration et de la bonne humeur, 505 jeunes garçons et filles, de 14 à 22 ans, se sont prêtés au jeu de la réalisation d'un portrait d'une personne qui les inspire au quotidien.

Son inspiration, son principal de collège

Un jour "ma mère est tombée sur une annonce de l'association Moteur sur Facebook, elle m'en a parlé. Ça tombait très bien, car j'aime créer des choses, faire de la poésie...".

Penser un film, c'est penser à sa réalisation et aux différents aspects du tournage. Qui m'inspire le plus ? Où est-ce que l'on pourrait tourner cette scène ? Comment vais-je arriver à monter en si peu de temps ? 

Gaspard Florin ne s'est pas posé toutes ces questions. "Ça a été très naturel, j'ai directement pensé à Max Tchung Ming", l'ancien principal adjoint de son collège Claude Debussy à Nantes.

Max Tchung Ming a une approche et une sensibilité à la justice qui m'impressionne. Il donne envie aux autres de défendre les valeurs contre le harcèlement".

Gaspard Florin

Etudiant

Adepte du montage, youtubeur à temps partiel, le jeune homme se présente polyvalent et original. Pour réaliser son film, Gaspard s'est inspiré de la série Bref, une série shortcom de Kyan Khojandi et Bruno Muschio qui était diffusée au Journal de Canal + en 2011-2012.

"Gaspard et son principal adjoint"

Le réalisateur de 17 ans a joué sur la simplicité de sa vie, du titre à l'acteur principal, cette notion fût le maître mot d'un film réussi.

Les images ont fusé et le rendu a été au rendez-vous. Sélectionné parmi les 25 lauréats du concours Moteur, "la fierté" a envahi Gaspard Florin.

Pour le tournage, l'adolescent était de retour dans son ancien collège Claude Debussy, quatre ans après son départ. "Avec Max Tchung Ming, on a tourné un peu plus d'une heure. Il était investi et proposait des idées, donc c'était assez rapide" confie le lauréat 2023 du concours Moteur.

De retour à la maison, à 17 ans, Gaspard n'est plus au lycée, mais en fac de droit. Les partiels arrivent et avec le tournage, il est difficile de tout assimiler. "J'ai d'abord privilégié les examens. Le montage, je l'ai commencé à une heure du rendu par manque de temps".

De manière assez étonnante, le jeune réalisateur n'a pas employé le même ton de voix que dans la vie. " Ce n'est pas volontaire. Je souhaitais faire une voix off, mais naturellement ma voix est devenue plus grave et depuis, beaucoup de personnes me posent des questions sur ma voix ".

Dans les faits, cela paraît seulement anecdotique pour les viewers. En ce qui concerne le jury, cela ne semble pas avoir été un défaut de réalisation, mais un atout personnel au rendu final. Finalement, ils ont été séduits par l'histoire du personnage.

Malgré un lauréat et une expérience inoubliable au Festival de Cannes, Gaspard Florin ne sera pas en tête d'affiche des prochains films français.

Arbitre de football depuis quelques années, "je n'envisage aucune carrière dans le cinéma, mon objectif est resté intact, je veux devenir arbitre de très haut niveau dans le football."

Le jury et la présidence

Cette année, le rappeur franco-malien, Oxmo Puccino, a présidé la 7e édition du concours moteur.

Le jury était composé de Jean-Marie Dru, le président de l'UNICEF, Lauriane Clément, la chef de rubrique actu et sciences chez Bayard ou encore Isabelle Giordano, la responsable mécénat du Groupe BNP Paribas.

Entre le mercredi 24 mai et le jeudi 25 mai, jour de défilé sur le tapis rouge du Festival de Cannes, Gaspard Florin et ses amis en ont tiré la même conclusion de cette expérience.

"On a l'impression d'être en flottement complet. Personne n'a conscience de ce qu'il se passe, ce n'est pas comme ça qu'on concevait la vie à notre âge."

Gaspard Florin

Etudiant

Ce jeudi 24 mai au soir, les 25 lauréats n'ont pas aperçu de grandes stars, sauf "Bertrand Chameroy, le chroniqueur de CàVous. Je l'ai croisé en début de soirée", confiait le réalisateur de "Gaspard et son principal adjoint".

Rêver est donc une chose. Pendant deux jours, Gaspard Florin en a eu plein les yeux, mais ça ne changera rien. Ce n'est plus d'étoiles du cinéma qu'il rêve, mais celles du ballon rond.