Covid-19 : le variant anglais est entré dans un Ehpad de Saint-Herblain, 7 personnes sont décédées

Sept personnes sont décédées de la covid-19 dans l'Ehpad de La Bourgonnière à Saint-Herblain en Loire-Atlantique, les analyses ont révélé la présence du variant anglais du coronavirus. La moitié du personnel est touché par le virus et en arrêt maladie.

Le variant Britannique est entré dans l'Ehpad de La Bourgonnière à Saint-Herblain en Loire-Atlantique, sept résidents sont décédés en quelques jours
Le variant Britannique est entré dans l'Ehpad de La Bourgonnière à Saint-Herblain en Loire-Atlantique, sept résidents sont décédés en quelques jours © maps

 

On savait le variant britannique de la covid-19 particulièrement contagieux et dangereux, les résidents de l'Ehpad de La Bourgonnière à Saint-Herblain en Loire-Atlantique, et avec eux les personnels soignants, viennent d'en faire l'amère expérience.

53 résidents ont été testés positifs sur 85. Sept résidents sont décédés de cette variante de la maladie. Une vingtaine de cas a été détectée parmi le personnel soignant. 

 

Un virus est plus rapide que le vaccin

"Nous effectuons des tests RT-PCR avec les résidents chaque semaine par un laboratoire de ville, le 16 janvier, un couple parmi nos pensionnaires a été testé positif à la covid-19, indique la direction de l'établissement. "Très vite nous avons vu une augmentation anormale des cas positifs en dépit d'une application stricte du protocole sanitaire dans l'établissement, avec la suppression des visites. Avec l'ARS (Agence Régionale de Santé), nous avons transmis les tests au Centre National de Référence à l'Institut Pasteur".  Le verdict ne s'est pas fait attendre, les tests complémentaires révélant la présence du variant britannique.

La vaccination des résidents de l'Ehpad a été considérablement perturbée. "Nous avons commencé le 27 janvier avec les personnes testées négativement. On ne peut pas vacciner avant trois mois une personne ayant contracté la maladie. 35 résidents seulement ont pu être vaccinés. Il faut ensuite 10 à 12 jours pour atteindre une immunité relative de 50 à 52%, puis la seconde injection pour atteindre 90 à 95 % d'immunité". Le virus a donc pu continuer à se propager d'une manière fulgurante, laissant résidents et soignants totalement désemparés.

 

Un appel aux bonnes volontés

C'est une situation particulièrement difficile à vivre indique le directeur de La Bourgonnière. "Nous sommes attachés à ces personnes et ces disparitions successives sont très éprouvantes pour le personnel". D'autant que le personnel est, lui aussi, particulièrement touché par le virus. La moitié des soignants ont été testés positifs et sont en arrêt de travail.

"Nous lançons un appel à toutes les personnes de bonne volonté, particulièrement pour des infirmières et des aides-soignantes, la situation dans notre établissement est particulièrement difficile en ce moment".

L'Ehpad de La Bourgonnière n'avait pas eu à déplorer un seul cas de covid jusqu'à présent. Le virus est entré dans l'établissement au moment où commençait la vaccination. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société