Affaire Dupont de Ligonnès : la fin d'une cavale de huit ans ?

© France 3
© France 3

Il y a huit ans débutait une des plus grosses énigmes de notre histoire judiciaire. Des enquêteurs pénétraient dans une maison du Boulevard Schumann à Nantes, occupée par une famille : les Dupont de Ligonnès. Dans les heures qui suivaient, cinq corps étaient retrouvés...

Par la rédaction de France 3 Pays de la Loire

En ce début avril 2011, les volets sont clos depuis plusieurs jours au 55 Boulevard Schuman à Nantes. La famille Dupont de Ligonnès a quitté les lieux. Inquiets, ce sont des proches et des voisins qui préviennent la police quelques jours plus tard. La police pense d'abord à un départ volontaire à l'étranger. Mais le 21 avril, l'enquête ouverte pour disparition inquiétante va connaître un rebondissement.

En creusant, les enquêteurs de la police judiciaire de Nantes découvrent 5 corps. Celui d'Agnès Dupont de Ligonnès et ceux de ses quatre enfants âgés de 13 à 21 ans. Tous, morts par balle et soigneusement enveloppés dans des sacs en toile de jute enterré et recouverts de chaux.

Xavier Dupont de Ligonnès devient alors le suspect numéro 1. Un mandat d'arrêt international est lancé à l'encontre de celui qui semble avoir tous orchestré. Afin de brouiller les pistes, avant de disparaître, le suspect à pris soin d'envoyer des lettres pour justifier les disparitions. Rien n'est laissé au hasard, les amis des enfants de la famille reçoivent des messages pour justifier cette absence. Xavier Dupont de Ligonnès écrit à ses proches qu'il est un agent de la CIA et qu'il a du quitter le pays. Autour du 10 avril, le suspect principal quitte Nantes. Il passe une nuit à La Rochelle avant de se rendre au Pontet dans le Vaucluse. À ce moment, il réserve l'une des plus belles chambres avant de dîner à la table d'une auberge.

Le lendemain, Xavier Dupont de Ligonnès quitte le Pontet. C'est dans une Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens, dans une chambre comme celle-ci, qu'il passe la nuit du 14 au 15 avril. Au petit matin, il repart à pied. Sa voiture, une C5 est retrouvée 5 jours plus tard sur le parking de l'Hôtel. Depuis le 15 avril, le suspect de la tuerie de Nantes n'a laissé aucune trace. Avant le drame, il s'était inscrit dans un stand de tir et s'y entraînait avec une 22 long Rifle. Le même type d'arme, que l'arme du crime.
► Le reportage de notre rédaction


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus