Emmanuel Macron en mer au large, ce jeudi 22 septembre, pour inaugurer le parc éolien de Saint-Nazaire

Initialement prévue le 5 septembre et reportée pour cause de mauvaises conditions météo, la visite présidentielle sur le parc éolien en mer au large de Saint-Nazaire se fait ce 22 septembre avec des annonces du Président sur les énergies renouvelables.

Emmanuel Macron est arrivé à 10h30, ce jeudi 22 septembre, avec deux heures de retard. Il a embarqué en présence d'élus locaux et de pêcheurs en direction du parc éolien qu'il va inaugurer.

"Le Président vient saluer la mise en œuvre du premier parc éolien en mer de France" annonce l'Elysée qui rappelle le discours prononcé par Emmanuel Macron à Belfort le 10 février dernier et qui affichait cette ambition.

"Faire en 30 ans de la France, le premier grand pays du monde à sortir de la dépendance aux énergies fossiles, et renforcer notre indépendance énergétique industrielle dans l'exemplarité climatique. En quelque sorte, reprendre en main notre destin énergétique et donc industriel."

La visite aux Chantiers de l'atlantique annulée

La visite présidentielle prévoyait une première étape aux Chantiers de l'Atlantique sur le site d'assemblage des éoliennes et des sous-stations électriques offshore. Emmanuel Macron a décollé très en retard de New-york où il assistait à l'assemblée générale de l'ONU. Son arrivée à Saint-Nazaire est annoncée à 9 heures et pas 7heures, comme initialement prévu. La visite des chantiers a donc été annulée au dernier moment.

L’annulation de la venue de Macron aux Chantiers n’a pas entamé la volonté de dizaines de salariés de plusieurs secteurs des chantiers de marquer le coup par des débrayages spontanés.

Objectif : "ne pas laisser la lumière sur les seuls officiels et dirigeants d’entreprise qui nous font croire que tout va bien !"

Selon les syndicats : "la manifestation en interne a été bloquée par des cordons de CRS à l’intérieur du site pour qu’elle ne parvienne pas sur le lieu de la visite".

Pour la CGT navale, "le simple fait qu’un déplacement d’un président ou ministre sur le site provoque ce genre de débrayage est un signe. Il faut mettre l’accent sur le problème des salaires. Avec une inflation galopante, beaucoup et notamment les plus jeunes ne peuvent plus passer un mois sans être dans le rouge. Le projet de porter les retraites à 64 ans ne passe pas non plus"

"Une concertation exemplaire"

 Le  Président se contentera donc d'aller en mer "à la rencontre des acteurs qui ont fait le parc" précise-t-on à l'Elysée. Les élus, les représentants des pêcheurs, les représentants des associations. Ce parc a été l'objet d'une "concertation exemplaire" déclare-t-on à l'Elysée, même si des voix se font entendre aujourd'hui pour se plaindre d'une "visibilité" du parc depuis la terre plus importante que certains n'imaginaient.

"Nos paysages sont abimés"

De nombreux élus du territoire attendent, ce jeudi matin 22 septembre, de rencontrer Emmanuel Macron .

"Ce que nous allons demander puisqu'il y a une enveloppe qui va être attribué et répartie en fonction des communes c'est que le montant et le dispositif soit revu pour que l'impact visuel soit bien pris en compte", a déclaré Nicolas Criaud, maire de Guérande.

Nos territoires bénéficient d'une attractivité importante et nos paysages sont abimés par ce champs éolien

Nicolas Criaud

Maire de Guérande

La visite d'Emmanuel Macron se terminera par un échange avec les industriels de la filière puis une prise de parole du Président lors de laquelle sera détaillé le projet de loi visant à faciliter et accélérer le développement des énergies renouvelables.

Le parc éolien

Il s'agit du premier parc éolien en mer en France. Il totalise 80 éoliennes situées à une quinzaine de kilomètres des côtes de Loire-Atlantique, au large de Saint-Nazaire.

50% du parc, mis en service depuis le 6 septembre, est à ce jour relié au réseau. Le reste devrait être activé dans les semaines à venir.

D'ici 2050, la France envisage de créer 50 parc éoliens en mer, y compris celui de Saint-Nazaire.