Saint-Brévin accueillera moins de migrants que prévu

Publié le Mis à jour le
Écrit par Fabienne Béranger
Yannick Haury (à gauche) et Henri-Michel Comet (à droite) lors de la conférence de presse sur les migrants de Saint-Brévin le 7 octobre 2016
Yannick Haury (à gauche) et Henri-Michel Comet (à droite) lors de la conférence de presse sur les migrants de Saint-Brévin le 7 octobre 2016 © France 3 Pays de la Loire

A l'occasion d'un point presse organisé ce vendredi midi en préfecture à Nantes, le préfet de Loire-Atlantique et le maire de Saint-Brévin ont apporté quelques précisions sur l'arrivée annoncée de migrants.


ITV Henri-Michel CometDepuis l'annonce, courant septembre, de l'arrivée de 70 migrants à Saint-Brévin, sur le littoral de Loire-Atlantique, la situation est explosive entre opposants et partisans dans la petite commune.
Cette conférence de presse commune à la préfecture de Loire-Atlantique avec Henri-Michel Comet, le préfet de Loire-Atlantique et Yannick Haury, maire de Saint-Brévin, avait donc pour vocation de clarifier la situation afin d'apaiser les tensions.

"Nous accueillons" les migrants pour qu'ils "reformulent leur projet de vie", a tenu à rassurer Henri-Michel Comet, le préfet de Loire-Atlantique,"nous les acccueillons pour qu'ils apprennent à connaitre le droit français et puis une fois que ceci est fait, ils quittent le site de Saint-Brévin (...) On est sur une démarche d'expérience de quelques mois, 6-7 mois peut-être".

Le préfet a également proposé que soient accueillies "50 personnes au maximum", et non 70 comme annoncées jusqu'ici. Des familles et des personnes seules originaires d'Erythrée, du Soudan, d'Irak et de Syrie et en provenance de la jungle de Calais.

"C'est une association que nous connaissons bien à Saint-Brévin qui s'appelle "Trajet" et qui travaille quotidiennement avec des personnes en situation de précarité, qui sera l'association référente" explique Yannick Haury, le maire Divers droite de Saint-Brévin, "ensuite l'Etat s'est engagé à mettre en place un ensemble de mesures qui visent à l'accompagnement des personnes réfugiées, à leur sécurité et aussi à la sécurité des habitants plus largement".

En ce qui concerne les coups de feu tirés mardi soir contre le centre d'accueil prévu à Saint-Brévin, le préfet comprend "que les craintes doivent s'exprimer" mais "restons raisonnables", insiste-t-il, "les questions méritent d'être posées, j'apporte les réponses mais nous vivons dans un monde républicain, nous sommes des citoyens dans notre pays (...) certains gestes y sont totalement intolérables".

Les opposants à ce projet d'accueil organisent une réunion samedi, salle des Dunes, à Saint-Brévin à partir de 20 heures. De son côté, le site Indymedia appelle à un rassemblement citoyen dès 19h devant la salle de réunion afin de "montrer que les valeurs de solidarité et d'entraide sont plus fortes que (les) idées réactionnaires" des opposants.



Intox et info
Entendu dans les rues de Saint-Brévin à propos d'un pécule versé aux migrants :
" Je touche 800 € à la retraite, les migrants qui vont arriver à Saint-Brévin touchent autant que moi à ne rien faire !" Intox !
La réalité est tout autre :
La question a été posée au service compétent à la préfecture de Loire-Atlantique, voici la réponse :
" Les migrants arrivant de Calais pour le centre d'accueil et d'orientation de St Brévin ne touchent rien. S'ils sollicitent et obtiennent le statut de demandeur d'asile, ils toucheront 204 € pour une personne et 306 € pour un couple."  Info !

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.