Le dernier-né des navires de croisière des Chantiers de l'Atlantique naviguera au gaz liquéfié dès octobre prochain

Ce sera l'un des six plus gros paquebots au monde et le premier, construit par les Chantiers de l'Atlantique, qui sera propulsé au gaz. Destiné à être un hôtel flottant, il mettra le cap sur le Qatar pour la coupe du monde.

C'est le dernier-né des chantiers de Saint-Nazaire.

Le MSC World Europa, long de 333 mètres et large de 47 mètres, est doté de 23 ponts. Ce géant des mers, destiné à devenir un hôtel et à accueillir 7000 passagers, partira au Qatar pour la prochaine coupe du monde.

En attendant octobre prochain et sa livraison, 1 500 ouvriers sont encore sur le pont pour finir de construire le navire.

Des émissions de CO2 réduites de 25%

Particularité de ce paquebot : il naviguera au gaz naturel liquéfié (GNL) et son autonomie devrait être de deux semaines.

"Aujourd'hui il n'y a plus de fioul lourd à bord du MSC world Europa. Donc il n'y a plus de souffre, il n'y a plus d'émission avec des particules solides, tout cela s'est réduit. On a du GNL et un peu de gasoil, le gasoil c'est aussi notre carburant de secours. Si il y a un problème avec le gaz ou un manque de gaz, on tournera au gasoil " indique Henri Doyer, directeur de projet aux Chantiers de l'Atlantique.

Cette nouvelle propulsion au gaz devrait réduire de 25% les émissions de CO2.

Le but du croisiériste italo-suisse MSC Cruises, est d'atteindre le zéro émission en 2050. Et le gaz est une première étape.

Le MSC World Europa a aussi à son bord une première mondiale : le prototype d'une pile à combustible qui fournira l'électricité pour les 300 passagers des suites de luxe.

"Le GNL va alimenter une pile à combustible. Alors ça ne va pas fournir énormément d'électricité pour le bateau mais c'est une première étape. Il faut savoir que quand on a fait les plans de ce navire, on avait prévu une pile à combustible qui pourrait émettre 50 Kilowatts, mais le temps de construire le navire on a trouvé d'autres solutions et finalement ce sera trois fois plus" précisePatrick Pourbaix, directeur MSC Croisières France.

D'ici 2023, trois autres paquebots au GNL seront construits aux chantiers. MSC réfléchit aussi à utiliser à l'avenir des bio carburants comme l'hydrogène ou le méthanol pour prendre soin de l'environnement et de son image.