Saint-Nazaire : le parti socialiste gèle l'investiture du maire sortant David Samzun

David Samzun, maire de Saint-Nazaire / © France Télévisions
David Samzun, maire de Saint-Nazaire / © France Télévisions

Olivier Faure, Premier secrétaire du PS a décidé de geler pour l'heure l'investiture du maire sortant de Saint-Nazaire, David Samzun, suite à l'affaire de harcèlement sexuel dévoilé au printemps dernier.

Par Fabienne Even

Dans un entretien au journal Presse Océan, Olivier Faure, le patron du PS, annonce geler l'investiture de David Samzun, pour les prochaines élections municipales de mars 2020.

Une décision motivée par l'affaire de soupçons d'abus sexuels dévoilée par Laurianne Deniaud, ex-première adjointe au maire et mettant en cause un adjoint de la municipalité.
 

Le premier secrétaire du PS considère que le maire de Saint-Nazaire n'a pas suffisamment protégé la parole des lanceuses d'alerte. "Ce qui me paraît dommageable, c'est que le maire a sanctionné celles qui ont lancé l'alerte", souligne Olivier Faure, précisant "quelles se sont vues signifier qu'elles ne figureraient pas sur la liste du maire sortant à l'occasion de la prochaine campagne municipale".

"Je souhaite évidemment que l'on parvienne à esquisser des solutions et que l'on évite la rupture", précise cependant le patron du PS lors de l'entretien accordé au quotidien Presse Océan. 
 

La réaction du maire de Saint-Nazaire


Dans un communiqué, le maire de Saint-Nazaire, David Samzun a réagi ce samedi 10 août soulignant qu'il ignorait la décision du bureau politique du PS. "Je remercie donc la presse locale de m’informer de ce que les responsables nationaux du parti auquel j’appartiens depuis 30 ans décident à mon égard", précise-t-il sur un ton quelque peu acerbe.

"Alors que Madame la Procureure de la République classait l’affaire sans suites -pour absence d’infraction-, ils souhaitent nourrir la confusion. Leurs enquêteurs seraient-ils plus perspicaces que la justice de la République ?" ajoute-t-il en référence à la commission d'enquête mandatée par le Parti Socialiste. "Je constate que les réseaux politiques parisiens sont toujours à l’œuvre, au mépris d’une décision de justice parfaitement claire", conclue-t-il.

Enfin, David Samzun, précise n'avoir "exclu personne, ni retiré aucune délégation à aucun.e de mes adjoint.es", soulignant être libre de constituer sa liste pour les prochaines élections municipales comme il l'entend.
 

La fédération PS de Loire-Atlantique n'était pas au courant


La fédération PS de Loire-Atlantique a également réagi par un communiqué de presse soulignant que "ni la fédération de Loire-Atlantique ni la section socialiste de Saint-Nazaire n'ont été consultées ni même avisées" de la décision du Premier secrétaire du Parti socialiste.

La fédération rappelle également que "le classement sans suite de l’enquête pour viol en raison de l'absence d'infraction semblait avoir clos cette affaire humainement très douloureuse et politiquement ravageuse".

Dominique Raimbourg, premier secrétaire fédéral de Loire-Atlantique, "appelle à la réunion d'un bureau national, ou bien de la commission des conflits ou de toute autre instance nationale pour prendre une décision après un examen contradictoire avec communication de toutes les informations et audition de tous les protagonistes".
 

Les adjointes démissionnaires saluent des "mots courageux"


Laurianne Deniaud ex-première adjointe à la mairie de Saint-Nazaire a également réagi via twitter co-sigant un communiqué avec Gaëlle Bénizé-Thual et Régine Le Bail et Hervé Braire, saluant les "mots courageux d'Olivier Faure".

"La démarche des élues qui ont alerté le maire face à un témoignage de violences sexuelles potentielles, face à un climat sexiste et sexualisant était bien légitime. La stigmatisation et la marginalisation que nous avons subies suite à cette alerte n'étaient pas normales", soulignent les signataires.
 


 

Sur le même sujet

Les + Lus