Solitaire du Figaro : le repos des guerriers à Saint-Nazaire et le sacre de futurs grands

Saint-Nazaire, ville de départ et d'arrivée de la Solitaire du Figaro, a vu arriver les premiers figaristes jeudi soir. Des arrivées à suspense puisque se jouaient la victoire d'étape et la victoire globale. Les marins ont fêté la fin du marathon des mers. Ce vendredi matin, le village dort.

Chut! Ne réveillez pas les skippers! Les marins de la Figaro 2021 dorment du sommeil du juste et leurs bateaux sont vides et silencieux ce matin. Après un mois de course sans sommeil ou presque et une arrivée fêtée dignement, tout le monde dort....

Ce jeudi soir, autour de 21h30, Pierre Leboucher, skipper du bateau Guyot environnement - Ruban rose a remporté la quatrième et dernière étape de la Solitaire du Figaro  disputée entre la baie de Morlaix et Saint-Nazaire.

En nette progression depuis 2017, le nantais a dû sentir l'écurie mieux que les autres et s'est adjugé cette victoire en Loire-Atlantique devançant tous les favoris. Une belle réussite pour ce skipper de 40 ans qui espère s'aligner au départ du Vendée Globe 2024, si un partenaire lui sourit.

Qui a gagné alors?

Dans le village endormi, seuls des vigiles sont visibles. Les grillages de l'enceinte font un peu penser à Fort Alamo : personne ne rentre, sécurité et pandémie obligent. Un agent contrôle pass sanitaire et carte de presse : ''ok, vous pouvez circuler''.

Bon d'accord, Pierre Leboucher a gagné la dernière étape, mais pas celles d'avant. Il finit 13ème au général, ce qui le rend moins lisible pour son projet Vendée Globe, il lui faudra mettre en avant cette belle victoire d'étape.

Pour la victoire finale, le duel se jouait depuis le début entre le sablais Xavier Macaire vainqueur de la première étape, et Pierre Quiroga, vainqueur des deux suivantes et affichant 1h53 d'avance sur son dauphin au départ de la dernière étape.

Un matelas confortable, mais que le petit temps pouvait facilement remettre en cause, avec des options décisives à prendre : tenter le tout pour le tout, quitter la meute ou marquer son adversaire? Les skippers sont passés par toutes les humeurs, à bord de leur monocoque, car il leur a parfois été impossible techniquement de localiser l'adversaire et donc de lire ses intentions et son décalage. Avec la fatigue et le manque de sommeil, les émotions à bord peuvent prendre des proportions énormes.

Au final, Pierre Quiroga, skipper Macif 2019 conserve le leadership et confirme ainsi sa suprématie sur l'édition 2021, sa victoire fait l'unanimité sur les pontons. Xavier Macaire n'atteint pas la première marche du podium mais conserve sa place de dauphin, ce qui le ravit déjà, avec aussi une seconde place sur la dernière étape, preuve d'une belle régularité.

Xavier Macaire : ''C’était une belle bagarre ! J’ai eu des doutes quand je n’étais pas sur la même route que les autres, je suivais les classements tant bien que mal parce que je n’avais même pas le bateau direction de course à portée de VHF, je devais prendre les classements et la météo via l’iridiumJe suis vraiment content de cette belle deuxième place au classement général car ce n’est jamais facile à aller chercher. Je peux être fier de ma victoire sur la première étape et de cette belle deuxième place aujourd’hui. J’ai montré de belles choses pendant ce mois, je suis content. Je voulais au moins la réussite du podium, j’ai vécu trop de déceptions sur cette course, je ne voulais pas revivre ça. Je suis vraiment heureux et fier, c’est la récompense de tout le travail effectué, de tous les efforts, tous les sacrifices. »

Après un mois de course et 2500 miles à la voile : 48 minutes d'écart

Xavier Macaire a de la matière pour réfléchir : 48 minutes et 22 secondes le séparent du vainqueur Pierre Quiroga. 48 minutes, c'est quoi en voile? sur la Solitaire? Deux fois rien. Parfois c'est presque la quantité de sommeil en 24h, alors....

Alors, Xavier Macaire a raison : il ne faut rien regretter et savoir apprécier. Ne rien regretter de la route choisie, des options prises et se féliciter du travail accompli, en solitaire au large et à terre, avec son équipe.

Deuxième sur une Figaro aussi ouverte que celle de 2021 où aucun ancien vainqueur ne concourrait, oui, ça se savoure.

Et aussi... 

Le morbihanais Tom Laperche termine 3ème de l'édition 2021. Pour un skipper né en 1997, on peut dire que l'avenir est devant et que son nom n'a pas fini de circuler sur les pontons et sur les voiliers de course au large.

Gaston Morvan n'arrive que 4h et 19 minutes derrière le premier, une performance pour ce meilleur bizuth de la course. Le fils du grand figariste Gildas Morvan vient d'écrire son prénom au tableau.

Le village de la Solitaire du Figaro, installé au bord du bassin de Saint-Nazaire, se réveille petit à petit. Le podium est prêt pour la remise des prix, et en attendant, différentes animations attendent les visiteurs : mur d'escalade, expo photo, voile en Optimist, etc...

En espérant que la météo soit clémente d'ici dimanche et qu'un peu de musique vienne agrémenter la visite, on pourra se dire qu'à Saint-Nazaire, il y a la fête au village.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
solitaire du figaro sport voile