• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

STX Saint-Nazaire : le groupe italien aéronautique Léonardo veut intégrer le pôle naval

Les Chantiers STX de Saint-Nazaire, avril 2017 / © Jerôme Fouquet / maxppp
Les Chantiers STX de Saint-Nazaire, avril 2017 / © Jerôme Fouquet / maxppp

Le géant italien de l'aéronautique et de la défense Leonardo (ex-Finmeccanica) veut une place dans le grand pôle naval civil et militaire, que Paris propose à Rome pour trouver un compromis sur les chantiers navals de STX France, rapporte samedi Il Sole 24 Ore.

Par EJ avec AFP

A l'occasion du sommet franco-italien le 27 septembre à Lyon, un accord est attendu sur la reprise par le Fincantieri de STX France à Saint-Nazaire, alors que le gouvernement français s'oppose à l'exigence du constructeur italien, appuyée par Rome, de disposer d'une majorité de 51%. Après les tensions de l'été, les discussions semblent s'orienter vers une alliance large entre Naval Group (ex-DCNS), STX France et Fincantieri, groupes représentant un chiffre d'affaires combiné de 9 milliards d'euros. Mais à Rome, le fait que Thalès est un actionnaire de Naval Group inquiète: en cas d'accord, le colosse français deviendrait un fournisseur privilégié pour les navires militaires, ce qui menace une part de l'activité de Leonardo, dont Fincantieri est un gros client.

Le volet militaire s'invite dans les négociations 
Selon le quotidien italien Il Sole 24 0re, qui ne cite pas de source, le PDG de Leonardo, Alessandro Profumo, a poussé la ministre italienne de la Défense, Roberta Pinotti, à exiger que Leonardo soit impliqué, au moins indirectement, dans le grand accord.  "C'est un plan non seulement intéressant mais aussi quasi-inévitable, mais nous devons bien l'étudier", avait expliqué une source du ministère de la Défense vendredi au quotidien La Repubblica. Selon Il Sole 24 Ore, le gouvernement italien ne veut pas perdre de vue l'exigence des 51% pour toute reprise de STX France, mais redoute que Paris ne cède finalement pour s'adjuger par derrière le contrôle du volet militaire, où les enjeux sont autrement plus importants et où la puissance française est bien plus établie.

La crise entre les deux pays est née avec la nationalisation "temporaire" fin juillet de STX France, pourtant promis à Fincantieri sous la présidence de François Hollande. Son successeur Emmanuel Macron a rouvert le dossier, estimant que l'accord n'était "pas suffisamment protecteur des intérêts industriels stratégiques français". Révisant le pacte d'actionnaires, il a proposé à l'Italie un accord 50-50, ce que Rome refuse.


Sur le même sujet

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus