Trignac, près de Saint-Nazaire : le manque d’animateurs oblige la mairie à fermer des temps d’accueil

Publié le
Écrit par Richard Coffin

La rentrée après les vacances de février s’annonce compliquée pour les parents et enfants des écoles primaires de Trignac en Loire-Atlantique. La crise de recrutement des animateurs contraint la ville à fermer un accueil sur deux pour le temps NAP (Nouvelles activités périscolaires) dès le lundi 22 février.

"Ça nous est tombé dessus par surprise" raconte Sylvie Ploquin, parent d’élève à Trignac. "Ça" c’est l’annonce, où plutôt le mail reçu ce mercredi 16 février,  adressé aux parents d'élèves des écoles Jaurès-Curie et de Léo Lagrange (deux sites élémentaires CP-CM2- de la commune) pour les informer de la fermeture d'un NAP (Nouvelles activités périscolaires) sur deux dès la rentrée.

La raison : un manque d’animateurs.

Comment on va faire ? On ne va pas laisser des enfants de 6 à 11 ans à la rue ? Si les gens ont de la famille, ils vont s’arranger. Ou alors, ils devront se mettre en télétravail ou poser des heures pour aller les récupérer

Sylvie Ploquin - Parent d'élève de l'école Jaurès-Curie

En pratique, à partir du lundi 21 février, les temps d’accueil NAP (nouveaux accueils périscolaires) ne seront pas assurés 2 jours sur 4 sur chacun des deux sites. A Jaurès-Curie, qui regroupe environ 200 enfants, le NAP d’ordinaire entre 15h30 et 16h30 sera fermé les lundis et mardis. Sur le site Léo Lagrange, le NAP sera fermé les jeudis et vendredis.

Dire que cette nouvelle - tombée pendant les vacances - n’a pas réjoui les familles est une litote. En décembre déjà, en raison d’une grève, elles avaient dû composer avec une fermeture temporaire des temps NAP et de la cantine. Et un courrier adressé aux familles en janvier mentionnait (déjà) des difficultés d’encadrement et les invitait "à assurer la garde des enfants lors des temps NAP"

La ville de Trignac ne parvient pas à recruter

"Beaucoup de villes sont confrontées à ce problème" souligne le maire de Trignac, Claude Aufort. Malgré les annonces passées, impossible de recruter des animateurs, dont le taux d’encadrement est fixé par la Caisse d’Allocation Familiale : 1 pour 14 enfants en maternelle, et 1 pour 18 en classe élémentaire. 

Depuis quelques temps on a des difficultés. Certains n’ont pas renouvelé leur contrat, on a eu aussi quelques cas de Covid 19. On a du mal à recruter des candidats diplômés. Ce sont des contrats courts

Claude Aufort - Maire de Trignac

Dans les faits, ces contrats précaires de 14 à 16 heures par semaine, n’attirent pas. La ville, bien consciente de la difficulté dans laquelle se retrouvent les parents, cherche des solutions. Et en trouve une, temporaire. 

J’ai demandé aux services de la mairie, à tous ceux qui avaient des compétences et de l’expérience dans ce domaine, de donner un coup de main. On va pouvoir s’organiser et garder les enfants dont les deux parents travaillent jusqu’à 16h30

Claude Aufort - Maire de Trignac

Un nouveau point d'étape sera fait dans 15 jours.