Angers : la Grande Vague d'Hokusai, le chef-d’œuvre mondial de l'art japonais exposé au Musée Pincé

"La Grande Vague de Kanawaga" peinte par Katsushika Hokusaï en 1824 est l'estampe japonaise la plus connue au monde / © Musées d'Angers
"La Grande Vague de Kanawaga" peinte par Katsushika Hokusaï en 1824 est l'estampe japonaise la plus connue au monde / © Musées d'Angers

"La Grande  Vague" peinte par Katsushika Hokusaï est l'estampe japonaise la plus connue au monde. Un exemplaire de cette gravure célébrissime fait partie de l'exposition inaugurale du musée Pincé qui rouvre le samedi 15 février à Angers après 15 ans de travaux.

Par Vincent Calcagni

Depuis 2005 cet édifice majeur de l'époque Renaissance situé en plein cœur d'Angers était fermé au public pour des raisons de sécurité. Il sera de nouveau accessible à partir du samedi 15 février. Le musée Pincé présente de riches collections orientales, précolombiennes et antiques.

Situé à proximité de la Place du Ralliement, l'hôtel de Pincé est déjà un joyau en lui-même. Classé Monument Historique, il a été construit entre 1528 et la fin des années 1530 pour Jean De Pincé, seigneur du Bois de Savigné et plusieurs fois maire d'Angers. Bâti par l'architecte Jean Delespine c'est un repère dans l'histoire de l'architecture française du 16ème siècle.

la façade du Musée Pincé bijou de l'architecture française du 16ème siècle / © Musées d’Angers, P. David
la façade du Musée Pincé bijou de l'architecture française du 16ème siècle / © Musées d’Angers, P. David

Ses façades de tuffeaux et sa toiture, très dégradées, ont nécessité une rénovation conséquente. Les espaces intérieurs ont également été transformés. Avec d'importants travaux d'accessibilité de la cour et du rez-de-chaussée. Notamment pour les personnes à mobilité réduite.

Des tablettes numériques leur permettent d'accéder au moins visuellement aux œuvres des étages, inaccessibles en l'absence d'ascenseur, vu la structure du bâtiment classé.

En tout les travaux ont coûté plus d'un million d'euros financés par la Ville, la Région et l'Etat.
 

Au rez de chaussée, l'exposition temporaire et le cabinet d'arts graphiques

En attendant l'installation d'une œuvre d'art contemporain dans la cour, le visiteur peut se plonger dans l'espace dédié aux expositions temporaires grâce aux collections provenant de l'ensemble des musées d'Angers. 

Pour sa réouverture, le musée Pincé consacre sa thématique inaugurale à la mer. L'évènement est la présence d'une œuvre mythique de l'art japonais mondial : "La Grande Vague" peinte par Katsushika Hokusaï est l'estampe japonaise la plus célèbre au monde.

Elle fait partie d'une série intitulée "36 vues du Mont Fuji" par Hokusai à partir de 1830. Mais comment est-elle parvenue jusqu'à Angers ? Grâce à un collectionneur angevin. Le comte Etienne de Saint-Genys acquiert une série de ces estampes à la fin du 19e siècle. A sa mort, il fait don au Musée Pincé de l'ensemble de sa vaste collection d'art japonais, dont ces estampes célébrissimes font partie.

"C'est une gravure, donc une oeuvre mutiple comme des bronzes" explique Anne Esnault la directrice des Musées d'Angers. "Hokusaï a réalisé cette gravure en 1824. La gravure que nous avons, nous, est un retirage qui est postérieur à la mort de l'artiste. Cette oeuvre ne sera présentée que pendant trois mois car, comme toutes les estampes, c'est une oeuvre extrémement fragile"

C'est une oeuvre qui a une immense popularité. A l'époque où elle a été dessinée (en 1824,) le Japon était encore mystérieux pour les occidentaux. Cette image va influencer tous les artistes majeurs du 19èmé siècle. Elle a influencé des artistes prestigieux comme Monet ou encore Van Gogh. 

Cette œuvre retrouve son écrin naturel car elle faisait partie du fond de la collection du Musée Pincé. La dernière fois qu’elle a été présentée c'était il y a 5 ans au Musée des Beaux-Arts d'Angers.

► Le reportage d’Eric Aubron et Gwenaael Rihet en 2015 à l'occasion de l'exposition "Curiosité(s)"
 

Des expositions permanentes au premier étage

La "Vague" n'est que l'arbre qui cache la forêt des œuvres du fonds très riche des collections du musée. Des collections orientales, précolombiennes et antiques aux nombreux joyaux. Des trésors en provenance de la collection Turpin de Crissé (un des deux donateurs principaux du musée) augmenté de prêts du musée du Louvre et d'acquisitions plus récentes.

Un fonds important consacré d'abord aux civilisations antiques méditerranéennes. Mais aussi à celles de l'Amérique précolombienne. Avec des céramiques et des vases siffleurs. Le troisième ensemble est consacré aux arts de l'Extrême Orient. Avec notamment des bronzes chinois et des masques de théâtre nô japonais.
Masque de nô : démon Shikami, Période Edo (1603-1868) / © Musées d’Angers, D. Riou
Masque de nô : démon Shikami, Période Edo (1603-1868) / © Musées d’Angers, D. Riou
Le visiteur voyage dans le temps vers la Grèce antique, l'Italie Romaine, la Chien et le japon et l'Egypte des pharaons. Avec notamment un sarcophage égyptien datant du premier millénaire avant Jésus-Christ. Un dépôt du Musée du Louvre. 
Couvercle de cercueil de la chanteuse d'Amon Di-Aset-iaou, XXIIe dynastie (945-712 av. J.-C / © Musées d’Angers, D. Riou
Couvercle de cercueil de la chanteuse d'Amon Di-Aset-iaou, XXIIe dynastie (945-712 av. J.-C / © Musées d’Angers, D. Riou
Il s'agit du couvercle du sarcophage d'une chanteuse-prêtresse du Dieu Ammon qui date du début du premier millénaire avant Jésus-Christ.

Ce qui est fascinant quand on regarde cet objet c'est sa polychromie avec des coleurs jaunes por les divinités et la couleur chair du visage qui ressort - Fabrice Rubiella, conservateur du Musée Pincé

Pour sa réouverture en 2020 le musée entend pour autant s'inscrire dans son temps et propose également des outils numériques pour permettre au public de s'approprier les œuvres. Ainsi il sera notamment proposé au public de se mettre dans la peau (sans jeu de mot) d'un embaumeur égyptien et de réaliser une momie virtuelle.

Une cartographie numérique propose également un voyage dans 6 000 ans d'histoire. Le visiteur met en route une manivelle qui remonte le temps et fait apparaitre les œuvres en les situant sur une carte.

Attention, préparez votre visite à l'avance si vous souhaitez admirer toutes ces merveilles car le musée est de taille (trés) humaine: seules 45 personnes peuvent le visiter à la fois en raison de l'exiguïté des lieux !  

Pour les trois prochains week-ends, il faut réserver à l'avance ici. Le musée est ouvert de 10h à 18h du mardi au dimanche pendant les vacances scolaires.

Le musée Pincé est situé 32 bis, rue Lenepveu à Angers, dans le prolongement de la Place du Ralliement.

Le nouveau musée Pincé en quelques chiffres

210 m2 de surface d'exposition

283 oeuvres exposées

100 oeuvres restaurées

1800 oeuvres au total dans les collections du musée Pincé

 

Sur le même sujet

Les + Lus