Angers : une galerie pour protéger le portail de la cathédrale, un architecte japonais aux manœuvres

Une galerie contemporaine visant à protéger le portail occidental de la cathédrale d’Angers va être construite. C'est l'architecte japonais Kengo Kuma qui va réaliser ce projet inédit.

Les statues peintes du portail de la cathédrale d'Angers
Les statues peintes du portail de la cathédrale d'Angers © Pascal Cosset - France 3 Pays de La Loire
Comment préserver les précieuses polychromies de la Cathédrale d’Angers ? Rare témoignage en forme de portail de cette technique médiévale datant du XIIe siècle.
Des travaux de nettoyage avaient révélé des vestiges de polychromies (scultures avec plusieurs couleurs) médiévales et modernes sur un portail de Saint-Maurice d'Angers, en 2009. En effet, 70 % du portail est recouvert de décors. Deux couches principales ont été identifiées, elles datent du 12e siècle et du 17e siècle. Les sculputures avaient pû rester en relativement bon état grâce aux badigeons à la chaux appliqués aux 18e et 19e siècles mais aussi par la couche de crasse déposée au fil des ans.
Le thème de l'Apocalypse.
Le thème de l'Apocalypse. © Pascal Cosset / France 3 Pays de La Loire

Mais comme beaucoup de vestiges, les polychromies restent victimes de leur temps et ont fait l'objet depuis d'une restauration conduite par la Direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Lancé le 25 mai 2018, le chantier s'est terminé le 10 juillet dernier.

Cependant, selon le ministère de la Culture, "après plusieurs études historiques et archéologiques, les données recueillies n'ont pas été jugées suffisantes pour envisager une reconstitution à l'identique de la galerie ancienne". Les travaux achevés, il s’agissait donc désormais de protéger l’ensemble.

Un concours d'architectes pour la construction d'une galerie

Sur le site de la ville d'Angers, Nicole Phoyu-Yedid, directrice régionale des Affaires culturelles expliquait que "jusqu'en 1807, une galerie protégeait le portail de la pluie, du vent et du ruissellement" et que l’idée était de recréer une telle structure.
 

"Pas à l’identique car nous ne disposons pas assez de traces écrites et visuelles convaincantes, mais dans un style et un esprit contemporains."

Nicole Phoyu-Yedid, directrice régionale des Affaires culturelles



Après un concours d'architectes, lancé cet été, un jury de la Commission nationale du patrimoine et de l'architecture (CNPA), réuni la semaine dernière, composé du préfet du Maine-et-Loire, du maire, de l'évêque d'Angers, de différents responsables et d'experts, a analysé les projets des cinq équipes d'architectes.

Le projet retenu est "inédit" indique le ministère de la Culture. Il s’agit de la création d'une galerie contemporaine protégeant ce portail, proposé par l’architecte japonais, Kengo Kuma.

Qui est Kengo Kuma ?

Son nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant Kengo Kuma est une figure majeure de l’architecture contemporaine. Réputé et adulé aussi bien au Japon qu’outre-Atlantique, sa renommée mondiale se nourrit de projets impressionnants tels que le stade olympique de Tokyo, construit pour les Jeux olympiques de 2020. 
L'architecte japonais Kengo Kuma poses près d'un de ses bâtiments à Besançon "La Cité des Arts"
L'architecte japonais Kengo Kuma poses près d'un de ses bâtiments à Besançon "La Cité des Arts" © AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON


En France, sa présence est bien marquée. C’est lui qui est chargé de l’extension du musée Albert Kahn à Boulogne-Billancourt, ou encore de la gare Saint-Denis Pleyel du Grand Paris. 
Visuel de la future gare hybride de Saint-Denis Pleyel
Visuel de la future gare hybride de Saint-Denis Pleyel © © Société du Grand Paris / Agence Kengo Kuma & Associates

Souvent, ses travaux se distingue par une utilisation abondante du bois. Sur son site, il indique d'ailleurs être à la "recherche de nouveaux matériaux pour remplacer le béton et l'acier".

Un dialogue entre création contemporaine et patrimoine 

Pour sa nouvelle mission, à Angers, apporte une touche de modernité à la cathédrale. Ce dont se félicite Roselyne Bachelot, ministre de la Culture. Pour elle, Saint-Maurice d’Angers "démontre une nouvelle fois la fécondité du dialogue entre création contemporaine et patrimoine".

Selon le ministère de la Culture, il "s'intègre harmonieusement à un bâtiment patrimonial majeur et plus largement à son contexte urbain".

Pourtant, les mots "contemporain" et "modernité" n’ont pas toujours fait l’unanimité au sein des adeptes du patrimoine religieux. Après l'incendie de Notre-Dame de Paris en 2019, la possibilité d'un "geste contemporain", avancée par Emmanuel Macron pour la reconstruction de sa flèche, avait été abandonné devant le tollé qu'elle avait suscité. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
architecture et urbanisme culture architecture