Angers : les services informatiques de la ville frappés par un virus malveillant

Il est encore difficile de connaître l'ampleur des dégâts provoqués par la cyberattaque qui a pris pour cible, samedi, les services informatiques de la Ville d'Angers.

Il faudra sans doute attendre ce lundi pour faire un bilan plus précis de la cyberattaque dont ont été victimes les services informatiques de la ville d'Angers.
Il faudra sans doute attendre ce lundi pour faire un bilan plus précis de la cyberattaque dont ont été victimes les services informatiques de la ville d'Angers.

On a appris samedi après-midi que les services informatiques de la Ville d'Angers avaient été la cible d'une cyberattaque. Un virus est parvenu à infecter l'outil numérique de la ville sans qu'on puisse, pour le moment, donner un bilan précis des conséquences.

"On est en train de tout expertiser, nous dit-on en interne, les messageries et le site internet de la ville ne fonctionnent plus."

Il s'agit d'un attaque comparable, nous a-t-on dit, à ce qu'on vécu d'autres grandes villes en France en 2020.

En décembre dernier, la ville de La Rochelle avait été la cible d'une même attaque pendant un week-end.

"On est face à quelque-chose de sérieux" confirme-t-on à Angers où il n'est plus possible pour les usagers d'accéder aux services en ligne.

Lundi, la métropole a indiqué que la cyberattaque avait commencé par un piratage du compte Twitter du maire Christophe Béchu. Ce dernier était toujours inaccessible ce lundi midi, avec en photo de profil la main d'un homme tatouée. Le maire n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. 
 

"Nous n'avons toujours pas accès aux ordinateurs ce lundi, l'expertise se poursuit", a ajouté la métropole.
    
Les services accueillant du public restent ouverts. 
 

Le communiqué de la Ville d'Angers et de la Communauté Urbaine :

"Dans la nuit de vendredi à samedi, une cyberattaque a ciblé le système d’information de la Ville d’Angers et de la Communauté urbaine Angers Loire Métropole. Le diagnostic a conclu à une attaque de type "rancongiciel" qui a frappé La Rochelle, Aix-en-Provence, Marseille, Vincennes ou encore l’ADEME dans un passé récent. Dès samedi matin, les équipes de la Direction du système d’information de la Ville et de la Communauté urbaine, en lien avec l’Autorité nationale de sécurité des systèmes d’Information (ANSSI), a établi un protocole de sauvegarde et de restauration du système. Ce processus de restauration sera long et impacte les services rendus aux Angevins qui nécessitent l’usage de l’informatique, et qui seront donc en mode dégradé pendant plusieurs jours. Les services municipaux et communautaire accueillant du public restent évidemment ouverts."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie numérique