• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Angers et Trélazé : flambée de violences dans deux quartiers

Les séquelles de la flambée de violence à Angers et Trélazé le 11 mai 2019 / © France 3 Pays de la Loire
Les séquelles de la flambée de violence à Angers et Trélazé le 11 mai 2019 / © France 3 Pays de la Loire

On est malheureusement plus habitués à ces faits divers à Nantes, mais Angers aussi a connu ce week-end des violences très inhabituelles... Dans le quartier de Monplaisir à Angers, mais également dans la commune voisine de Trélazé, des affrontements ont eu lieu dans la soirée de samedi.

Par FB avec Eric Aubron

La vitrine d'un café vandalisée et des bris de verre sur la chaussée... C'est tout ce qui reste des violences survenues samedi soir à Trélazé.

Des évènements qui se sont déroulés en deux temps autour de la place Pablo Picasso. Une première bagarre provoquée par 4 jeunes hommes un peu avant 20 heures. La seconde, plus spectaculaire a été filmée une heure plus tard, par des riverains.

On y voit, une vingtaine d'individus sortir de voiture et se déchaîner sur un véhicule Mercedes.

Le président de la régie de quartier Ali Amine :

C'est parti aussi vite que c'est arrivé, c'est ça qui est dramatique, ça a été éclair, un moment y a eu une personne qui m'a dit que si vous étiez sur la place, le premier qui était arrivé, il prenait un coup.


Trois personnes présentes ont été blessées par des coups de couteau, au genou et au ventre, et des barres de fer. Leurs jours ne sont pas en danger.

Dans la nuit, ces scènes de violences se sont reproduites dans un quartier d'Angers. Là, des coups de feu ont été tirés.
La situation aurait dégénéré, peut-être à cause d'une simple bêtise.

Mr Izzet Albayrak nous explique :

Des jeunes de 11/12 ans sur SNAP ou des réseaux sociaux, ont pris des photos inhabituelles, on va dire, d'un jeune du quartier et ça a été diffusé sur des réseaux sociaux et la bagarre est partie de là.


Des bagarres entre bandes rivales, ce quartier prioritaire en a déjà connu. Mais jamais d'une telle gravité. Le maire de Trélazé, lui, n'a de cesse de réclamer des moyens supplémentaires pour faire baisser le chômage.

Le maire de Trélazé Marc Goua réagit :

Depuis 2/3 mois, on voit des tensions un peu plus fortes, je ne suis pas étonné par le nombre de jeunes de 20 ans et quelques années qui se baladent en déshérence. Je ne suis pas content, moi cela me donne raison, ça fait des mois que je dis que ça ne va pas bien se terminer dans ces quartiers.


Les enregistrements des caméras de surveillance ont été confiés au SRPJ d'Angers, chargé de l'enquête.
Dans les quartiers concernés, un appel au calme a été lancé.

► Le reportage de notre rédaction

Sur le même sujet

floralies

Les + Lus