• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Denis Mukwege, le prix Nobel de la Paix, a été formé à Angers

Denis Mukwege au parlement européen de Strasbourg en novembre 2014 / © European Union 2014 - European Parliament
Denis Mukwege au parlement européen de Strasbourg en novembre 2014 / © European Union 2014 - European Parliament

A 63 ans, Denis Mukwege vient de recevoir le prix Nobel de la Paix. Ce médecin formé à Angers "répare" les femmes violées victimes des guerres oubliées dans l'est de la République démocratique du Congo. L'association France-Kivu, installée dans le Maine-et-Loire, l'épaule dans cette lourde tâche.

Par FB avec AFP

Marié et père de cinq enfants, le Dr Mukwege aurait pu exercer en France après une spécialisation en gynécologie-obstétrique à Angers. Il a pourtant fait le choix de retourner dans son pays, le Congo, et d'y rester aux heures les plus sombres.

Denis Mukwege est connu pour être l'une des voix les plus sévères à l'égard du régime de Joseph Kabila.
Fin juin, il a encouragé les Congolais "à lutter pacifiquement" contre le régime du président congolais plutôt que de miser sur les élections prévues le 23 décembre "dont on sait d'avance qu'elles seront falsifiées".

A travers son combat pour la dignité des femmes du Kivu, région riche en coltan, située à l'est du pays, il s'est aussi de fait le porte-parole des millions de civils menacés par les exactions des groupes armés ou des grands délinquants.
    
Lui-même dans le viseur, il échappe de peu un soir d'octobre 2012 à une tentative d'attentat. Après un court exil en Europe, il rentre en janvier 2013 à Bukavu.

Entre deux voyages à l'étranger, le docteur Mukwege vit dans sa fondation de Panzi, qui se trouve sous la protection permanente de soldats de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco).
 

Le parcours exemplaire d'un humaniste


C'est après son doctorat de médecine à l'université du Burundi que Denis Mukwege, part exercer à Lemera, sur les Moyens Plateaux du Sud-Kivu.

Il se trouve confronté aux souffrances de femmes qui, faute de soins appropriés, sont régulièrement victimes de graves lésions génitales post-partum les condamnant à une incontinence permanente.

Il part alors se spécialiser en gynécologie-obstétrique à l'université d'Angers. C'est au cours des cinq années passées dans le Maine-et-Loire, que Denis Mukwege crééra, avec des amis angevins, l'association France-Kivu.

En 1989, le Dr Mikwege décroche son diplôme de gynécologue. Malgré les propositions qui lui sont faites en France, il rentre à Lemera pour créer l'hôpital de Panzi, conçu pour permettre aux femmes d'accoucher convenablement. Ce centre devient rapidement une clinique du viol à mesure que le Kivu sombre dans l'horreur de la deuxième guerre du Congo (1998-2003) et de ses viols de masse.

Le prix Nobel de la Paix décerné ce vendredi à Denis Mukwege est le couronnement du "parcours exemplaire de cet humaniste qui a voué sa carrière à la cause des femmes", se félicite Christian Roblédon, le précisent de l'université d'Angers.

"C'est une personne humble et extrêmement courageuse", souligne Christian Robledo, "si je devais le qualifier en quelques mots je dirais : humilité, courage, engagement et compétence"

Le président de l’université d'Angers, lui a remis, en janvier dernier les titres et insignes de docteur honoris causa "saluant déjà ainsi son investissement pour dénoncer l’utilisation du viol et des violences sexuelles comme arme de guerre."

"Il reste très attaché à Angers, quand on lui a proposé le titre, il n'a pas hésité à venir", raconte Christian Robledo.

Outre son prix Nobel de la Paix, Denis Mukwege a notamment reçu la Légion d’honneur (2009), le prix Olof Palme (2008) et le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit en 2014.


Sur le blog de Bill Gates figure une interview du docteur Mukwege datant de mai 2018. 

Denis Mukwege y déclare notamment : “Ce qui me fait avancer c'est la force des femmes. J'ai découvert à quel point les femmes sont fortes, comment elles peuvent se reconstruire, et donner ainsi de l'espoir à toute l'humanité."

Revoir l'interview de Denis Mukwege par Bill Gates.  




 

Sur le même sujet

La marche des migrants s'est achevée par un vaste contrôle d'identité

Les + Lus