• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

L'OM arrache (difficilement) le nul face au SCO Angers

Les Angevins se sont fait rattraper au score alors qu'ils dominaient le match. / © Jean-François MONIER / AFP
Les Angevins se sont fait rattraper au score alors qu'ils dominaient le match. / © Jean-François MONIER / AFP

Les Angevins ont enrayé la machine marseillaise, ce samedi. Auteur du premier but de la rencontre, le SCO a été rattrapé par un OM en difficulté qui a finalement réussi à décrocher le nul.

Par M.D. avec AFP

Marseille a arraché le nul (1-1) à Angers, samedi 22 décembre, pour le compte de la 19e journée de Ligue 1. Un point qui permet aux Marseillais de terminer la phase aller avec 27 points et au 6e rang, avec deux rencontres de retard. Angers, de son côté, est 15e avec 19 unités et lui aussi deux matches à rattraper en janvier.

Face à des Angevins plus frais, qui n'avaient plus joué depuis le 4 décembre en raison de matches reportés à janvier et de leur élimination en Coupe de la Ligue, Marseille a pourtant eu le ballon la majorité du temps.
 
Déception pour le SCO Angers et le FC Nantes pour leur denier match de l'année
>> Jérôme Soulard

Mais s'ils sont monté en puissance au fur et à mesure du match, ils ont trop peu inquiété les Scoïstes, ratant souvent le dernier ou l'avant-dernier geste. La reprise de demi-volée d'Ocampos dans les nuages, alors que la remise de la tête de Thauvin l'avait laissé seul au point de penalty, symbolise cette impuissance des méridionaux.
 

"Il ne leur a pas fallu grand chose pour maquer. Il faut qu'on concrétise beaucoup plus les occasions que l'on se crée, parce qu'on s'en crée beaucoup en jouant bien, parfois même très bien", analyse Stéphane Moulin, l'entraîneur d'Angers.

Et comme défensivement ils ont encore étalé des faiblesses inquiétantes, une défaite n'aurait rien eu de scandaleux. Le but de Bahoken pour l'ouverture du score, après une longue séquence d'une minute, 52 secondes et 22 passes, entrecoupée seulement de deux fautes de Lopez, est symptomatique de ces carences.

La concentration et le placement d'Adil Rami, en retard au marquage, et de Steve Mandanda, extrêmement mal placé sur la tête au premier poteau de l'avant-centre angevin, dont c'était le 5e but en championnat, ont été des indices particulièrement accablants.
 

"Ce soir on a vraiment montré un très beau visage, il aurait dû nous permettre de gagner parce que s'il y a une équipe qui devait gagner c'est la nôtre. Franchement, je ne peux que féliciter mon équipe, rendre une telle copie face à un tel adversaire", poursuit le technicien angevin.

Cela dit, le portier marseillais a été pour le reste irréprochable, remportant d'une main ferme un premier face-à-face avec Jeff Reine-Adélaïde à la 12e minute, avant de réaliser une double parade décisive devant le même joueur à l'heure de jeu, après une autre parade face à Angelo Fulgini (57).

À la 18e, il avait été sauvé par son poteau sur un tir du gauche de Pierrick Capelle à ras de terre qui fait que Marseille peut vraiment s'estimer heureux de ne pas finir une année 2018 très contrastée sur une note plus négative que ce nul.

 

Premier acte cataclysmique


Rudi Garcia comptait beaucoup sur le retour de Florian Thauvin, fer de lance des Phocéens, pour redynamiser son équipe. Malheureusement pour lui, ce fut un bide complet. L'attaquant grec n'a touché que trois ballons en 45 minutes passées sur la pelouse, pour zéro tir de l'OM, une première depuis fin octobre 2016, mais l'adversaire s'appelait alors le Paris SG...

Un premier acte tellement cataclysmique, que le technicien a fait deux de ses trois changements à la pause : exit Mitroglou et Maxime Lopez dans l'entrejeu, pour laisser place à Lucas Ocampos et Bouna Sarr, pour un résultat à peine plus convainquant.
 

Un coaching finalement payant puisque Sarr s'est trouvé à point nommé pour détourner de la poitrine un centre très tendu de Thauvin dans le but angevin pour arracher, à sept minutes de la fin, un nul presque inespéré.

Il avait en effet fallu attendre la 70e minute pour voir une véritable occasion pour les bleu ciel, une frappe en angle fermé de Thauvin assez facilement maîtrisée en deux temps par Zacharie Boucher, qui a suppléé Ludovic Butelle, suspendu, même s'il était déjà bien intervenu dans les pieds de Payet en toute fin de première période.

 

Sur le même sujet

Dimanche en Politique avec Jérôme Fourquet, auteur de "L'archipel français"

Les + Lus