• faits divers
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite
  • culture

Harcèlement scolaire : l'éducation nationale agit de plus en plus

Chaque année, 700 000 enfants sont victimes de harcèlement. Si les faits se déroulent le plus souvent loin du regard des adultes, l'éducation nationale s'engage de plus en plus sur le sujet. / © Gwenaël Rihet
Chaque année, 700 000 enfants sont victimes de harcèlement. Si les faits se déroulent le plus souvent loin du regard des adultes, l'éducation nationale s'engage de plus en plus sur le sujet. / © Gwenaël Rihet

Chaque année en France, 700 000 enfants en sont victimes de harcèlement scolaire, sous forme de moqueries, d'injures ou même d'agressions répétées...
Contre ce fléau, l'éducation nationale agit de plus en plus. Exemple dans le Maine-et-Loire.

Par Eleonore Duplay

Ils sont 40, tous délégués de classe et collégiens, réunis à Angers par l'éducation nationale, avec une mission : réaliser un court métrage pour expliquer ce qu'est le harcèlement scolaire.

Un sujet que Cyprien, 13 ans, ne connaît que trop bien : "Des insultes, des moqueries sur les résultats scolaires, etc. Au début, j'y faisais pas trop attention, mais au bout d'un moment, c'est pesant."
Quand les moqueries vont trop loin, quand la vie à l'école devient trop compliquée... Dharma, 12 ans, fait bien la différence entre le harcèlement, et la simple moquerie.
"Dans la cour, il y a des élèves de 3e qui me disent que je suis toute petite. Enfin, ça arrive de temps en temps, et c'est jamais la même personne. Alors que le harcèlement, c'est plus insistant."

La solution doit venir des élèves


Quant à Adam, 14 ans, il plaide pour une prise de conscience : "Se moquer, parler à une personne pour essayer de faire rire... Sans comprendre que ça peut blesser. Il faut avoir ce déclic-là en fait."

Le déclic, pour que la solution vienne plutôt des élèves. La répression, la punition n'auront que peu de prise sur des comportements qui se déroulent hors de la vue des adultes, précise Sébastien Attencourt, le référent départemental harcèlement pour l'inspection académique : "Les phénomènes continueront, de façon encore plus insidieuse, et l'élève qui aura parlé une fois n'osera peut-être plus revenir vers l'adulte, de peur que la réaction de l'adulte ne fasse qu'empirer les choses."


Une association pour soutenir les victimes


La première enquête de l'éducation nationale sur le harcèlement scolaire date de 2009. Progressivement les mesures de prévention se mettent en place.
Il était temps, pour Olivier Laurendeau dont le fils Florian harcelé a tenté de mettre fin à ses jours en 2013. Depuis il a créé une association pour soutenir les victimes.
"Déjà, on donne vraiment du temps à cette écoute. Et puis derrière, on essaie de donner des conseils concrets. Comment on peut accompagner, lors d'une plainte, lors d'un suivi psychologique, l'accompagnement avec l'établissement scolaire, ce qu'il faut faire, qui prévenir, comment prévenir."
Car si les moqueries enfantines ne datent pas d'hier, elles sont aujourd'hui encore plus dangereuses avec les réseaux sociaux et les téléphones portables, pourtant bannis des cours d'école.
 
Le reportage de Cathy Colin et Gwenaël Rihet

Sur le même sujet

Visite du chantier de la mairie d'Olonne sur mer

Les + Lus