• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

L'étonnant monument aux morts de Grugé l'Hôpital, dans le Maine-et-Loire

Toutes les communes n'ont pas de monument aux morts. Parfois parce-qu'il n'y a pas eu de victimes parmi les riverains, plus souvent parce-que personne n'a pris l'initiative de construire un monument. Voilà 6 ans que Grugé l'Hôpita se bat pour avoir le sien. Depuis le 27 juin, c'est chose faite.

Par Raphaëlle Besançon

Le "monument" dont s'est doté la ville de Grugé L'hôpital pour commémorer les habitants tombés pendant la guerre est pour le moins surprenant. Il s'agit d'un char Sherman de la 2e DB, cette fameuse division blindée qui, sous les ordres du maréchal Leclerc, libéra Paris (entre autre).

 / © Le char est sorti du camp militaire de Meucon (56) il y a tout juste un an. Il a ensuite été réparé, sablé et repeint de la couleur d'origine. Puis, il a été donné à une association et installé aux abords de la mairie où des maçons bénévoles lui ont aménagé une place.

Au total, ce projet aura duré 6 ans. "C'était un projet complètement invraisemblable, admet Michel Poirier, organisateur de la cérémonie. Nous pensions qu'il allait se réaliser rapidement mais on s'est rendu compte que c'était très compliqué."

La ville s'est alors inspirée de la phrase de son héros: "Ne me dîtes pas que c'est impossible" et a finalement pu célébrer l'arrivée du char, le 27 juin 2015. Pierre-Sylvain Crosnier (photo ci-dessous), ancien de la 2e DB, était présent lors de l'inauguration et a rappelé l'importance du rôle de ces chars pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Fière de son passé

Pierre-Sylvain Crosnier, ancien de la 2ème DB / © Le nom du héros qui est sur toutes les lèvres c'est celui du maréchal Leclerc. La ville l'a recueilli au plus fort de la guerre.

C'est ici que le militaire s'est remis de ses blessures, en convalescence chez sa soeur, mais c'est aussi dans cette commune où il a pris l'identité qu'on lui connaît aujourd'hui. À l'origine, avant de faux papiers fabriqués à Grugé l'Hôpital, l'homme s'appelait Philippe de Hauteclocque.



Un reportage de Pierre-Erik Cally, Pascal Cosset et Nicolas Guilbaud:

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dimanche en Politique avec Jérôme Fourquet, auteur de "L'archipel français"

Les + Lus