Un mort lors de la rave party illégale dans le Maine-et-Loire, ce que l'on sait du drame

Un fêtard a trouvé la mort ce dimanche 12 mai, en fin de matinée, alors qu'il se trouvait près des enceintes de la rave party illégale installée ce week-end à Parnay, près de Saumur, dans le Maine-et-Loire. Une enquête a été ouverte par le parquet, et le corps du défunt sera bientôt autopsié.

On en sait plus sur les circonstances du décès survenu à la raveparty, dimanche 12 mai, à Parnay (Maine-et-Loire).

D'après la préfecture du Maine-et-Loire, le jeune homme a été pris en charge après que deux femmes aient donné l’alerte vers 10 heures ce même jour, alors que la fête illégale rassemblait toujours plusieurs milliers de personnes, et que la musique était toujours diffusée.

En arrêt cardiorespiratoire

À moins de 300 mètres des enceintes, appelées mur de son en rave party, trois secouristes ont alors découvert la victime. Rejoints par deux sapeurs-pompiers, ils ont pu constater que la respiration du jeune homme se dégradait, puis qu’il était en arrêt cardiorespiratoire. Malgré les soins apportés et le massage cardiaque prodigué, les secours ont dû constater son décès 10 minutes plus tard.

Toujours selon la préfecture, quelques minutes après le décès de la victime, une annonce a été passée au micro sur la scène principale, précisant que "l’heure n’[était] plus à la fête". Dans les minutes et les heures qui ont suivi cette prise de parole, la plupart des festivaliers ont quitté le site.

C’est très triste pour la famille, on est désolés, c’est pour ça que le son a été coupé au moment où on a appris ça, par respect

Un festivalier

Les forces de l’ordre et les secours, eux, ont maintenu leur présence sur site jusqu’à la fin de la journée.

Une enquête judiciaire ouverte 

La procureure de la République de Saumur a ouvert une enquête judiciaire pour identifier les causes de la mort de ce jeune homme dont l’âge ou l’identité n’ont pas été divulgués. Son corps doit être autopsié.

Une cellule d’urgence médico-psychologique a également été ouverte pour prendre en charge les secouristes ou les festivaliers qui pourraient avoir été choqués.

Installée mardi 7 mai en soirée, la raveparty interdite a duré plus de quatre jours. L’évacuation du site s’est achevée en fin de soirée, hier soir, dimanche 12 mai.

Près de 10 000 festivaliers ont été comptabilisés par la préfecture sur le site ce week-end. Une partie d’entre eux ont été verbalisés à hauteur de 135 euros d’amende alors qu’ils quittaient le site, pour participation une manifestation illégale.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv