Rave-party illégale en Maine-et-Loire : 400 personnes occupent toujours le site, les gendarmes contrôlent les sorties

Ce lundi 13 mai, à la mi-journée, la grande majorité des participants à la free party illégale qui s’est déroulée près de Saumur ont quitté les lieux, précise la préfecture du Maine-et-Loire.

La rave-party illégale a démarré dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 mai à Parnay, près de Saumur, dans le Maine-et-Loire.

Ce lundi midi, "un peu moins de 400 personnes (occupaient) toujours le site, pour partie sous l’emprise de stupéfiants et de l’alcool". Au plus fort de la fête samedi, le nombre de participants était estimé à 10 000 personnes environ.

"À la demande du Préfet de Maine-et-Loire et de la Procureure de la République de Saumur, la gendarmerie a déployé une vaste opération de contrôle des sorties du site", précise ce lundi après-midi la préfecture du Maine-et-Loire

Près de 5 200 infractions

5 180 infractions ont été relevées par la gendarmerie, représentant un montant total d’amendes de plus de 650 000€ :

  • 2 508 verbalisations pour participation à des tapages nocturnes
  • 2 100 verbalisations pour participation à une manifestation interdite
  • 288 amendes forfaitaires pour détention de stupéfiants
  • 44 conduites sous stupéfiants
  • 39 conduites en état d’alcoolémie
  • 184 infractions de police de la route
  • 17 véhicules ont été mis en fourrière pour stationnement gênant.

"Le dispositif de contrôle tenu par la gendarmerie depuis la nuit du 8 mai reste en place. Les contrôles se poursuivent", indique la préfecture ce lundi après-midi.

Un mort et 216 prises en charge par les services de secours

Si les secouristes de la protection civile et de la Croix rouge française ont quitté les lieux "compte tenu du départ de l’essentiel des participants", pompiers et SAMU "restent vigilants pour porter secours aux personnes toujours présentes sur le site".

Depuis "l’activation du poste de secours mis en place par l’État du jeudi 9 mai à 19h au dimanche 12 mai à 19h30, 216 participants ont été pris en charge" par les secours.

Un homme d'une trentaine d'années est malheureusement décédé lors cette free party. Le drame s'est déroulé dimanche. 

D'après la préfecture du Maine-et-Loire, le jeune homme a été pris en charge après que deux femmes ont donné l’alerte vers 10 heures ce même jour, alors que la fête illégale rassemblait toujours plusieurs milliers de personnes, et que la musique était toujours diffusée.

À moins de 300 mètres des enceintes, appelées mur de son en rave-party, trois secouristes ont alors découvert la victime. Rejoints par deux sapeurs-pompiers, ils ont pu constater que la respiration du jeune homme se dégradait, puisqu’il était en arrêt cardiorespiratoire. Malgré les soins apportés et le massage cardiaque prodigué, les secours ont dû constater son décès 10 minutes plus tard.

LIRE AUSSI. Rave-party illégale en Maine-et-Loire : l'homme décédé dimanche 12 mai 2024 identifié

60 m³ de matériel confisqué

Les gendarmes ont mené des actions de saisie du matériel de sonorisation.

"Une intervention sur site ayant déclenché des réactions violentes de la part de plusieurs centaines de participants à l’endroit des forces de l’ordre, la confiscation des matériels a été différée au moment du départ des camions de transport", a indiqué le préfecture.

Plus de 60m³ de matériels ont été saisis par les forces de l'ordre.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv