Mayenne : à la veille de la rentrée scolaire, Jean-Michel Blanquer assure qu'"il ne manquera pas d'enseignants"

Le ministre de l'Education Nationale Jean-Michel Blanquer a fait le déplacement ce lundi en Mayenne, à la veille de la rentrée scolaire. "C'est une rentrée qui est bien préparée", a-t-il affirmé, estimant que "normalement, il ne manquera pas d'enseignants dans les classes" .
Jean-Michel Blanquer, en déplacement à Chateau-Gontier, en Mayenne, le 31 août 2020
Jean-Michel Blanquer, en déplacement à Chateau-Gontier, en Mayenne, le 31 août 2020 © France 3 Pays de la Loire - Pierre-Erik Cally
Jean-Michel Blanquer, le ministre de l'Education Nationale, était en visite en Mayenne ce lundi A la veille de la rentrée scolaire, le ministre est venu évoquer le contexte de crise sanitaire dans lequel se fait la rentrée 2020 mais aussi pour parler de la filière technique.

Jean-Michel Blanquer a assuré que "normalement, il ne manquera pas d'enseignants dans les classes" mardi, jour de la rentrée.
    
"C'est une rentrée qui est bien préparée", a affirmé le ministre de l'Education nationale à l'issue d'une séance de soudure dans un atelier du lycée professionnel Pierre et Marie Curie de Château-Gontier.

Jean-Michel Blanquer a ajouté que "les concours ont pu se tenir, les recrutements ont pu se faire". "Je n'ai pas d'inquiétude sur ce point, d'autant plus qu'on a des moyens de remplacement pour les quelques professeurs qui, parce qu'ils ont été définis comme vulnérables par leur médecin, ne pourront pas être là".
    
Selon lui, "il pourra y avoir quelques exceptions mais pour l'essentiel la rentrée scolaire sera aussi normale que possible".
  
Interrogé sur le risque de voir des établissements fermés, le ministre a relativisé.
"Très peu, ça peut arriver qu'une décision soit prise (...) Dans les semaines qui viennent, forcément ça arrivera ce genre de choses donc on ne doit pas considérer ça comme un échec ou un problème. On doit considérer ça comme le corollaire nécessaire pour cette politique que nous voulons de retour des élèves à l'école".
    
"On doit continuer à vivre. Aujourd'hui, la jeunesse doit être notre priorité absolue. Nous leur devons un avenir bien dessiné et nous leur devons une rentrée dynamique", a-t-il poursuivi.
    
Les fermeture de classes ou d'établissements, "c'est au cas par cas que ça se décidera, selon un protocole strict dans la main des autorités sanitaires avec les préfets et les recteurs", a rappelé le ministre.
    
A la mi-journée à Laval, où il a rencontré des élus et des inspecteurs d'académie, le ministre s'est engagé à ce qu'"aucun élève ne soit renvoyé chez lui parce qu'il n'aurait pas de masque". "Nous avons le jeu de masque nécessaires dans chaque école, collège et lycée pour qu'un élève qui pour une raison ou pour une autre n'aurait pas de masque soit fourni", a-t-il dit, alors que des élus et responsables politiques ont critiqué le refus du gouvernement de fournir des masques gratuits à tous les enfants. 
    
Malgré la crise, Jean-Michel Blanquer a souhaité aux 12 millions d'élèves "une très bonne rentrée". "Il y a toujours une joie à aller à l'école, c'est le plaisir d'apprendre. Le fait que nous ayons une crise sanitaire ne doit pas atténuer cette joie mais au contraire augmenter la joie de retourner à l'école", a-t-il dit.
    
Le ministre a salué la Mayenne, très touchée par le virus au début de l'été, pour sa gestion de la crise sanitaire. 
"Ce département, par une stratégie adaptée de tous les acteurs, a su gérer cette crise sanitaire et représente un modèle de ce qu'il faut faire en matière de tests, de respect des gestes barrière et en matière de civisme", a-t-il dit.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
éducation société politique coronavirus/covid-19 santé