Crise sanitaire : en Mayenne les entrepreneurs ne désarment pas

Dans le département de la Mayenne, 2 enquêtes de la Chambre de Commerce et d'Industrie prouvent que le moral des entrepreneurs n'est pas trop atteint.
Un espoir pour une reprise économique à moyen terme.
Même avec le ralentissement économique, la Mayenne recrute toujours
Même avec le ralentissement économique, la Mayenne recrute toujours © Pierre-Erik Cally

Il existe quand même des entreprises optimistes en France malgré les secousses inédites que nous vivons et que nous allons vivre au plan économique.

Pour cela direction la Mayenne. Un sondage initié par la Chambre de Commerce et d’Industrie nous apprend qu’un tiers des entreprises interrogées en mai 2020 :

"estime avoir une bonne visibilité d’activité à 6 mois. Le moral des chefs d’entreprises reste plutôt bon au global puisqu’ils attribuent une note médiane de 2,95 sur une échelle de 1 à 5. Le niveau de confiance dans l’économie française remonte également légèrement entre l’enquête d’avril et de mai"

Depuis le début de cette crise sanitaire la CCI de la Mayenne a donc lancé 2 enquêtes auprès des professionnels pour recueillir des informations sur leur situation et mesurer l’impact sur leur activité économique.

1ère enquête du 17 au 24 avril en pleine période de confinement. 733 entreprises ont répondu.

2ème enquête du 20 au 29 mai (post-confinement).  634 entreprises ont répondu.

De quoi se faire une idée sur leur activité, la situation des dirigeants, leur niveau de confiance, l’impact sur leurs ressources humaines, leur situation financière, le recours aux aides de l’État mais aussi leur analyse de la situation.

En avril sans surprises 72 % des entrepreneurs estimaient une baisse de chiffre d’affaires supérieure à 50 % sur la période de mars à mai. Selon l’enquête de mai, ils seraient encore près de 58 % à estimer une baisse de cette ampleur.

"Nous devons rester attentifs" souligne Patrice Deniau le président de la CCI.

"Le contexte sanitaire semble s’améliorer, mais les difficultés économiques commencent à se faire sentir et cela va perdurer sur les mois à venir. Jusqu’à maintenant, les mesures proposées par le gouvernement permettaient d’atténuer ces difficultés"

Et même dans l’adversité il faut en tirer du positif. Pour lui cette crise aura au moins réussi à modifier les comportements :

"les consommateurs semblent, pour certains, avoir retrouvé le chemin des commerces de proximité. Nous ne pouvons que les encourager à continuer afin d’aider nos commerçants et nos artisans. Cette période va également nous obliger à faire les choses différemment notamment sur le plan RH avec le développement du télétravail, des visioconférences, la sécurisation de nos collaborateurs. Sans oublier une réflexion sur nos approvisionnements avec la diversification et la réduction des distances de nos fournisseurs."

Les petits bars ont trinqué. Certains ne rouvriront pas.
Les petits bars ont trinqué. Certains ne rouvriront pas. © Pierre-Erik Cally

Enfin il faut savoir que c'est le secteur hébergement-restauration qui a le plus souffert puisqu'il est le seul à avoir subit à 100% une activité réduite ou totalement à l'arrêt

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crise économique économie covid-19 santé société