Coronavirus : le département de la Mayenne classé en zone rouge

Le Premier ministre a classé, par décret publié au journal officiel ce dimanche 11 octobre le département de la Mayenne en zone rouge, le préfet étend l'obligation du port du masque dans l'espace public à 68 communes, les réunions festives sont désormais limitées à 30 personnes.

Le port du masque obligatoire à Laval et étendu à 67 autre communes du département de la Mayenne depuis le 11 octobre
Le port du masque obligatoire à Laval et étendu à 67 autre communes du département de la Mayenne depuis le 11 octobre © Arnaud Journois / MAXPPP
Zone de circulation active du covid-19, le département de la Mayenne est classé en rouge. Le décret du Premier ministre signé le 10 juillet 2020 et modifié le 10 octobre a été publié au journal officiel ce dimanche 11 octobre.
 

Espace public

Le préfet a aussitôt pris un certain nombre de décisions pour contrer l'évolution défavorable de l'épidémie, parmi lesquelles l'obligation du port du masque dans l'espace public sur le territoire de 68 communes du département.  

Port du masque obligatoire également "sur l’ensemble des marchés non couverts ou assimilés du département et aux abords (50 mètres) des établissements d’enseignement et crèches, des gares ferroviaires et routières. L’obligation du port du masque s’impose également aux arrêts de transport en commun ainsi que dans les parcs, jardins et autour des plans d’eau ouverts au public"
 

Espace privé

Le préfet rappelle que la transmission du virus se fait "lors des rassemblements privés, fêtes de famille, soirées entre amis". À l’approche des vacances de la Toussaint, le préfet appelle à la vigilance et à la responsabilité de chacun et recommande "à titre préventif de limiter les regroupements privés à moins de 30 personnes".

Une mesure qui convient aux représentants du monde économique, le président de la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de la Mayenne, Patrice Deniau, se dit "rassuré que des mesures soient prises également dans la sphère privée". Estimant, dans une déclaration à nos confrères de Ouest-France, que "le week-end, il faut être aussi rigoureux qu’en semaine, au travail".

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société