Coronavirus en Mayenne : le seuil d’alerte est dépassé

En Mayenne, ou plusieurs clusters ont été identifiés, le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants détectés en sept jours, dépasse légèrement le seuil d’alerte fixé à 50. Dans le département, il s’établit à 50,1.

Drive test à Laval, en Mayenne
Drive test à Laval, en Mayenne © France Télévisions
Sept clusters ont été recensés depuis quelques semaines dans le département de la Mayenne, dont l’un d’entre eux a diffusé dans la population.

"La situation du département témoigne du fort potentiel évolutif qui demeure quand le virus continue de circuler et que les conditions de transmission sont favorables", signale Santé Publique France.

Le 8 juillet dernier, l'ARS des Pays de la Loire et la préfecture annonçaient la mise en place d’un dépistage massif du Covid-19 auprès de la population, en raison d'un accroissement anormal de la circulation du virus et le dépassement des seuils de vigilance. Entre le 25 juin et le 6 juillet, le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 a été multiplié par quatre.

Le 10 juillet, le taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre de cas détectés en une semaine pour 100 000 habitants s’établissait à 36,02. Il était inférieur à 5 dans les quatre autres départements de la région. 
Selon l'AFP, ce taux d’incidence atteignait 50,1 mardi 13 juillet.

"Une vigilance accrue s’impose, en particulier sur Laval et son agglomération. L’enjeu est d’éviter une nouvelle vague épidémique, en réduisant la circulation virale et ainsi la pression épidémique", souligne l'Agence Régionale de Santé des Pays de la Loire.

Le nombre de personnes hospitalisées en Mayenne a également doublé en une semaine. Seize personnes sont actuellement prises en charge par les services hospitaliers du département.
 

En faveur du masque obligatoire dans les lieux publics


Olivier Richefou (UDI), président du conseil départemental de la Mayenne a réclamé mercredi un arrêté préfectoral afin de rendre obligatoire le port du masque dans les lieux publics clos. 
"On est capable de confiner la France en 48 heures et il faudrait attendre trois semaines pour obliger à porter un masque? C'est presque risible", souligne Olivier Richefou. Plusieurs maires du département ont d'ores et déjà pris un arrêté en ce sens. C'est le cas de Yannick Borde, maire de Saint-Berthevin, ou encore de la commune de Château-Gontier.
Les mairies de Changé et Cossé-le-Vivien ont pris des mesures similaires.

Le gouvernement veut "aller le plus rapidement possible" sur l'instauration du port du masque obligatoire dans les "lieux publics clos" même si Emmanuel Macron "a donné le 1er août comme un cap possible en terme de calendrier", précise ce mercredi 15 juillet le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

Ce jeudi matin, le préfet de la Mayenne a pris un arrêté rendant le port du masque obligatoire dans six communes du département. Le ministre de la Santé avait précisé plus tôt dans la matinée que cette mesure devait être mise en place sans attendre le 1er août, en raison de la circulation active du virus.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter