CARTES. Mayenne : Laval, Château-Gontier, Mayenne, Evron, les rues où le port du masque est obligatoire

Le préfet de Mayenne a publié un arrêté rendant obligatoire le port du masque dans quatre villes de Mayenne. L'idée est de briser la chaîne de contamination pour éviter le reconfinement.

Drive test à Laval, en Mayenne
Drive test à Laval, en Mayenne © France Télévisions
Le préfet de Mayenne vient de publier un arrêté pour rendre obligatoire le port du masque dans quatre villes de Mayenne. Le département de la Mayenne continue d’être exposé à des indicateurs épidémiques inquiétants.

En Mayenne, de nouvelles mesures sont prises concernant le port du masque et le rendant obligatoire dans l’espace public, même ouvert, du centre-ville.
Quatre communes sont concernées : Château-Gontier, Evron, Laval et Mayenne.

L'arrêté publié par le Préfet de Mayenne Jean-Francis Treffel, rend le port du masque obligatoire dans ces périmètres limités à quatre villes. Ces mesures imposent le port du masque pour les personnes de onze ans et plus.

Les rassemblements de plus de dix personnes sont également interdits.

Les derniers indicateurs épidémiques sont préoccupants avec un taux d’incidence supérieur à 110 pour 100.000, soit plus du double du seuil d’alerte et un taux de positivité supérieur à 3 %.
 

Les périmètres concernés :


Laval : le square de Boston, le parvis de la gare, la plaine d'aventure et dans la zone délimitée par le pont de l'Europe, l'allée du Vieux Saint-Louis, la rue du général de la Gaulle, la rue de Rennes, la rue Rennaise, la rue Charles Landelle, la Grande rue, le Vieux Pont, le quai Sadi Carnot, la rue de la Paix, la rue Eugène Jamin et la rue Crossardière.Château-Gontier : la place Quinefeault, la rue Thiers et dans la zone délimitée par le quai d'Alsace, l'avenue Garnier, l'avenue Razilly, l'avenue Carnot et la Grande rue.Mayenne : la zone délimitée par la rue Ambroise de Loré, la place de Hercé, la place Gambetta, la place Juhel, le boulevard général Leclerc et le boulevard de Montigny.Evron : la zone délimitée par la place de la Basilique et de l'Abbatiale, la rue de la fontaine, la place Mendès France et la rue des prés."La situation en Mayenne reste sous tension et si on veut éviter un confinement, il faut prendre toutes les mesures qui s’imposent de manière graduée, j’ai donné mon avis favorable au Préfet pour ces nouvelles mesures"  réagit Jean-Pierre Le Scornet, le Maire de Mayenne, face à ces indices de contamination.

Pourquoi certaines rues et pas d’autres ?

"La mesure vise essentiellement un secteur où il y a une densité de population qui est importante. C'est plutôt l’hyper-centre, les places et les rues commerçantes qui sont visées par l’arrêté", précise le maire de Mayenne.

Si les chiffres de contamination ne s’améliorent pas ?

Ces mesures c’est pour éviter le confinement qui aurait des conséquences dramatiques

Jean-Pierre Le Scornet, le maire de Mayenne

Si les indicateurs montent encore et si on n’arrive pas à casser la chaîne de contamination, le risque évidemment c’est le reconfinement, pas le reconfinement généralisé, mais un confinement ciblé. Les premiers qui seront impactés par ces mesures de reconfinement seront les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration et les acteurs de la culture, qui sont déjà aux abois, cela serait fatal pour eux".

Le maire de Mayenne, Jean-Pierre le Scornet, précise également que la mairie va distribuer gratuitement des masques.

Les gestes barrières restent évidemment de rigueur, bien se laver les mains et porter un masque le plus souvent possible.

Florian Bercault, le maire de Laval, explique que la circulation du virus est active dans sa ville et que toutes les mesures de bon sens doivent être appliquées.

"Maintenant, avec la campagne de dépistage et le respect des gestes barrières, on est plutôt armé pour faire baisser cette circulation du virus" Il poursuit, "une fois que l’on a testé et dépisté c’est l’isolement, il y a de logements disponibles pour cela".

Un nouveau confinement est-il possible ?

"Pour l’instant au regard des chiffres, on est loin du reconfinement, ce n’est vraiment pas une hypothèse de travail actuellement. Il faut rester vigilant, si le taux de positivité devient important, il faudra adapter les réponses à la situation. Aujourd’hui le confinement n’est pas d’actualité."

Comment va se passer la distribution de masques ?

"C’est une volonté du Président de la République et du ministre de la Santé que de distribuer les masques aux personnes les plus fragiles et les plus précaires. Cela représente un coup important pour une famille, c’est entre 100 à 200 euros pour des masques jetables. Nous avons souhaité, en lien avec les associations caritatives, en lien avec le centre communal d’action sociale, la distribution des masques aux populations les plus fragiles pour la première étape. La deuxième étape est que nous mettrons à disposition deux masques par Lavallois dans les maisons de quartier."

L’image de la Mayenne est-elle impactée ?

"L’image de la Mayenne ces derniers jours n’a pas été positive. Ce n’est pas la première fois que la Mayenne est pointée du doigt en période de crise, je tiens à rappeler que l’on est loin de la situation de Mayotte et de la Guyane", affirme Florian Bercault.

"D’un point de vue touristique évidemment c’est compliqué, c’est pour cela que nous avons mis en oeuvre des politiques de soutien et que l’on continue de parler positivement de la Mayenne.

Florian Bercault, le maire de Laval

"On peut souligner l’exemplarité des Mayennais et des Lavallois et effectivement, il va falloir relancer la filière touristique. Nous avons plein d’idées et des acteurs énergiques et on pourra compter sur eux. Il faut rappeler que l’on peut venir en Mayenne, on peut venir à Laval passer ses vacances. La vie continue, on reste un territoire d’accueil, agréable, avec à Laval, un patrimoine extraordinaire ! " Le communiqué de la préfecture de Mayenne précise :

"A cet égard, en Mayenne comme ailleurs, une insouciance préoccupante des plus jeunes est relevée. Jean-Francis Treffel appelle les adolescents et les jeunes adultes à respecter les gestes barrières. Au-delà de leur devoir à l’égard des autres générations, celles de leurs parents et de leurs grands-parents, celles de personnes fragiles, il est dans leur intérêt, compte tenu des conséquences économiques et sociales de la crise sanitaire, que nous sortions collectivement et au plus vite du présent épisode."

Le sujet de notre rédaction en Mayenne 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter