Notre-Dame-des-Landes : préfète et agriculteurs historiques signent une convention

Le bocage sur la zad de Notre-Dame-des-Landes, avril 2018 / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire
Le bocage sur la zad de Notre-Dame-des-Landes, avril 2018 / © Christophe François - France 3 Pays de la Loire

Quatre agriculteurs historiques de Notre-Dame-des-Landes ont rendez-vous ce mardi matin avec la préfète de Loire-Atlantique pour signer des conventions d'occupation précaire.

Par Fabienne Béranger

Quatre agriculteurs historiques de Notre-Dame-des-Landes, qui avaient refusé les expropriations et les indemnisations, signent des conventions d'occupation précaire (COP) avec la préfète de Loire-Atlantique, Nicole Klein, ce mardi matin 24 avril, retrouvant ainsi "un cadre d'exploitation légal".
Il s'agit d'"un bail précaire d'une durée d'un an", précise Marcel Thébault l'un des agriculteurs concernés par cette convention et qui va pouvoir retrouver ses terres.

Le reportage de Vincent Calcagni et Daniel Le Floch

Interlocuteurs : Nicole Klein, préfète de Loire-Atlantique, Sylvain et Brigitte Fresneau, agriculteurs et Joël Bizeul, agriculteur.

L'ultimatum fixé par le gouvernement pour le dépôt des dossiers de régularisation a expiré ce lundi à minuit. Les autorités vont désormais étudier les projets nominatifs finalement déposés en préfecture par des occupants de la Zad. 
Vendredi dernier, à la sortie de sa réunion avec la préfète, la délégation d'occupants de la Zad avait annoncé le dépôt de 40 dossiers, dont 28 concernant des projets agricoles.

"On a fait un pas en avant vers l’Etat, maintenant à eux de faire un pas en avant, en laissant cette zone apaisée et qu’on puisse dialoguer sur le fond du projet", avait alors précisé l'un des représentants des occupants de la Zad.

La préfète des Pays-de-Loire, a annoncé ce mardi 24 avril une réunion mercredi 25 avril à Matignon avec le Premier ministe Edouard Phillipe. Nicole Klein a déclaré, que le "gouvernement trancherait" sur le dossier Notre-Dames-des-Landes. "Une fois qu'auront été examinés les projetrs déposés par les occupants de la ZAD, le processus de retour à l'état de droit devra se poursuivre", a-t-elle ajouté.




A lire aussi

Sur le même sujet

Archive avril 2015 : arrêt projet la médiathéque

Les + Lus