Pays de la Loire : avec 303, la région sur les chemins de son histoire ferroviaire

303, le revue toujours curieuse, consacre son n°160 aux Gares et réseaux ferrés de la région des Pays de la Loire
303, le revue toujours curieuse, consacre son n°160 aux Gares et réseaux ferrés de la région des Pays de la Loire

303, la toujours curieuse revue du conseil Régional des Pays de la Loire s'intéresse aux Gares et réseaux ferrés de la région, histoire, géographie, sociologie, paysages, architecture, vacances, 303 explore choses connues ou inconnues pour le plus grand bonheur des sidérodromophiles, et des autres.

Par Christophe Turgis

Les chemins de fer ont été inventés il y a 200 ans. Ils sont depuis toujours objet d'enjeux et de fascination. 303 la revue curieuse du Conseil régional des Pays de la Loire s'attarde dans sa dernière édition sur ces chemins de fer, leurs trains et leurs gares. La revue remonte le temps, et observe comment ce mode de transport, qui permettait pour la première fois à l'homme de dépasser la vitesse du cheval, a contribué à façonner les villes et les territoires.
 

303 et le temps des gares

La revue avance comme un voyageur, dans le temps et dans l'espace géographique et social. Dans la région qui n'était pas encore Pays de la Loire, ces chemins de fer sont arrivés vers 1848. Symboles de progrès, promesses de prospérité, objets de débats passionnés, les rails ont tissé une toile d'araignée d'acier reliant villes et villages. Désirés toujours, délaissés souvent, faute de pertinence économique, dans une certaine indifférence avant la seconde guerre mondiale, puis âprement défendus depuis les années 1970.

Des gares, plus de 900 dans la région durant l'âge d'or, entre les deux guerres, chacune, qu'elle soit modeste halte ou gare de capitale départementale, chacune avait son style en fonction de la Compagnie qui avait reçu la concession pour construire la ligne.
Néoclassiques de Tours à Nantes, de briques et de pierres de calcaire taillées comme à Clisson pour la compagnie de l'Ouest, ou carrément "balnéaire normand" à La Baule-les-Pins et "néo-breton" pour celle d'Escoublac !
 

Et le chemin de fer fit le Mans

Le premier chemin de fer de Paris vers Nantes passait par Tour et Saumur, il a fallu attendre 1854 pour que le train arrive aux Mans. À la croisée des lignes venant de Caen vers Tours, de Rennes vers Paris, ou de Paris à Nantes par Château-Gontier, et de petites lignes secondaires oubliées, le chemin de fer a profondément contribué au développement de la ville. Relais de machines à vapeur qui avaient souvent besoin d'eau et de charbon, et donc de dépôts et d'ateliers pour leur entretien, la ville a été transformée par les entrelacs ferroviaires, des cités ont été construites pour héberger la population cheminote comme celle du Maroc.
 

303 et le temps du TGV

D'abord "l'orange du Paris sud-est", qui a précédé "l'Atlantique" que nous connaissons tous pour aborder les questions de design avec Roger Talon créateur d'objets ferroviaires comme la voiture Corail et de ce TGV argent et bleu ! Faisant entrer le ferroviaire dans la pensée artistique de son siècle.

Les illustrations de ce numéro de 303 consacré aux Gares et réseaux ferrés fait appel à une iconographie riche, laissant la, belle, place à des formats verticaux d'ordinaires peut adaptés à cet objet tout en longueur qu'est le train.
Les contributeurs apportent un regard souvent neuf sur cette épopée industrielle et sociale. Contributeur auxquels se joint le turbulent Rudy Ricciotti, l'architecte de la nouvelle gare de Nantes.


On trouve 303 chez les bons marchands de journaux, n° 160 Gares et réseaux ferrés, 15 €,
et à son adresse :
Revue 303, 12 bd Georges Pompidou, 44200 nantes

Sur le même sujet

Les + Lus