Rétrospective : confinement, incendie de la cathédrale de Nantes, Vendée Globe, c'était 2020 en Pays de la loire

Dans quelques heures, exit 2020, bienvenue 2021. Jamais personne n'aurait imaginé en janvier dernier un tel bouleversement de notre existence et de nos habitudes.

2020
2020 © Canva

Une foule sans masques dans un lieu confiné.
L'année 2020 dans les Pays de la Loire commence classiquement avec ces images du festival de musique la Folle Journée consacrée à Beethoven.

"A l'heure où je vous parle, il n'y pas de foyers, de clusters de transmission dans les Pays de la Loire".Fin février, le chef du service des maladies infectieuses du CHU de Nantes se veut rassurant : la région n'est pas encore touchée par l'épidémie de coronavirus partie de Chine.

Mais mi-mars, la pression monte.
Le premier tour des élections municipales enregistre des taux records d'abstention.

La peur du virus dissuade beaucoup d'électeurs d'aller voter.

Deux jours plus tard, l'ensemble du pays se retrouve confiné.
Accès aux plages interdit, centres-villes déserts. Les déplacements sont limités au strict minimum. La pandémie gagne du terrain.

Les cas graves de covid 19 augmentent très vite surtout dans l'est de la France.

Des patients en détresse respiratoire sont acheminés par train vers des hôpitaux de la région.

"Les capacités que nous avons aujourd'hui permettent d'accueillir des patients des autres régions", explique Antoine Magnan, président de la commission médicale d'établissement au CHU de Nantes.

De la solidarité avec les services de santé très mobilisés, il y en a eu à certains balcons chaque soir à 20 heures.
Et au-delà de ces applaudissements, le confinement a parfois permis à certains voisins d'apprendre tout simplement à se connaître.

Le 11 mai, à minuit et 1 minute, après 55 jours de fermetures imposées, les commerces dits non-essentiels peuvent rouvrir.
Marc, coiffeur à Mayenne accueille ses premiers clients au beau milieu de la nuit.

Et c'est fin juin, que le second tour des élections municipales peut enfin se dérouler avec 3 mois de retard.

Si la vie reprend avec le respect de gestes barrières, le nombre de cas positifs repart à la hausse dans la région début juillet.

En Mayenne, pour la première fois en France, des tests de dépistage sont organisés à grande échelle et le port du masque devient partout obligatoire

Nantes touchée au cœur de sa cathédrale. Un incendie endommage l'édifice le 18 juillet. Le feu occasionne d'importants dégâts
Il détruit totalement l'orgue vieux de 400 ans.

En septembre, la course des 24 heures du Mans prend des allures de camp retranché.
Impossible au public d'accéder au circuit.
Seuls quelques chanceux suivent la compétition à distance en prenant parfois un peu de hauteur.

 

Hébètement et abattement

Fin octobre, un 2e confinement commence.
C'est le retour des fermetures de commerce dits non-essentiels.
Au Mans, un librairie prend la parole pour défendre toute une profession.

C'est injuste, nous il n'y a pas de problème, restons fermés mais que tout le monde reste fermé

Samuel Chauveau Librairie Bulle au Mans

Librairies, mais aussi théâtres ou encore cinémas, le secteur de la culture est sous le choc.

"Beuaocup de découragement, un peu de colère, un peu d'hébétement et d'abattement" reconnait Caroline Grimault, directrice du Katorza à Nantes.

Le départ du Vendée Globe début novembre se déroule sans public ou presque pour la sortie des bateaux.
Un épisode inédit pour les skippers et pour les habitants des Sables d'Olonne.

"Ça fait drôle, il va falloir prendre des photos, ce sera mémorable parce que dans 20 ans on parlera de ce Vendée Globe certainement".

Mi-décembre, les Illuminations de Laval se sont mises au rythme du nouveau couvre-feu.
Les décorations ne restent allumées chaque soir que jusqu'à 20 heures.

En 2020, la magie de Noël, elle aussi, a dû passer en mode covid.
 

> Le reportage de notre rédaction

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
rétro covid-19 santé société confinement