Au Prix d'Amérique, les Sarthois (presque) à la fête

Franck Ouvrie (deuxième, à gauche), Björn Goop (vainqueur, au centre) et Jean-Michel Bazire (troisième, à droite). / © Thomas SAMSON / AFP
Franck Ouvrie (deuxième, à gauche), Björn Goop (vainqueur, au centre) et Jean-Michel Bazire (troisième, à droite). / © Thomas SAMSON / AFP

Jean-Michel Bazire sur le podium, le petit poucet de la famille Abrivard disqualifié... les sentiments sont contrastés après le Prix d'Amérique 2020, disputé dimanche 26 janvier à l'hippodrome de Vincennes devant 40 000 spectateurs. Comme souvent dans l'histoire, c'est la Normandie qui a brillé. 

Par Charles Lemercier

10 minutes avant le départ. Alexandre Abrivard, le partenaire d’Excellent, entraîné par son père, s’amuse avec son nourrisson comme pour évacuer la pression. Puis il se plonge dans le silence, croise le regard de Nathalie Henry, jockey retraitée de sa famille qui lâche un « ça va aller ».
 

Deux "Bazire" sur le podium

Parce qu’il porte le numéro 1, pour ne pas qu’il monte en pression, Excellent est sorti de son box le plus tard possible. Dans la dernière course préparatoire, il s’est mis au galop – faute éliminatoire – d’entrée de jeu. Là, son driver est prudent. Tout se passe comme dans un rêve : son très bon départ lui permet de prendre la tête de la course devant les tribunes sans trop forcer. Imposer son rythme et aller au bout, Excellent sait faire. Et dans des chronos canons. Soudain, il prend le galop. Sans raison apparente. Son entourage n’en a pas non plus après course.
 

Les trois chevaux de Jean-Michel Bazire profitent de cette faute. Positionnés aux avant-postes, on se dit que le carton plein de 2019 est encore jouable. Mais le redoutable Face Time Bourbon a plongé à la corde et accéléré plus fort que tout le monde. 
 
Prix d'Amérique. Les Sarthois (presque) à la fête
Joie ou déception, les sentiments sont contrastés à l'arrivée du Prix d'Amérique 2020 dans les rangs sarthois. Nous avons suivi particulièrement Excellent, le petit poucet. Charles Lemercier et Antoine Roynier
 

Déjà la tête à 2021

La Normandie marque un point de plus dans la désormais traditionnelle opposition avec le Maine. L’entraîneur ornais Sébastien Guarato a gagné son pari en s’imposant avec le ce jeune trotteur de 5 ans, copropriété française et italienne.
 

Le Prix d’Amérique suivant se prépare aussitôt l’Amérique couru. C’est un travail toute l’année et un calendrier adapté pour préparer cette course-là. Jean-Michel Bazire.


Jean-Michel Bazire, driver et entraîneur de Bélina Josselyn, prend la dernière place du podium. On pourrait croire qu’un gagneur de cette trempe soit déçu, abattu mais « JMB » a le sourire. La revanche aura lieu dans quinze jours, déjà, dans l’autre grande course du programme : le Prix de France. Une épreuve de vitesse cette fois, disputée sur 2 100 mètres. Bélina Josselyn ne sera pas de la partie a averti son mentor.
 

La course en intégralité

Prix d'Amérique 2020

Sur le même sujet

Les + Lus