Déconfinement : on vous dit pourquoi la Sarthe pourrait rester confinée

Déconfinement, couvre feu progressif, terrasses, lieux de cutlure... Les grandes lignes de la stratégie gouvernementale ont d'ores et déjà été dévoilées ce jeudi après-midi.

© France Télévisions Olivier Quentin

Ce ne sera pas cette fois-ci lors d'une allocution télévisée, mais dans un entretien qui devrait être mis en ligne sur le site internet de la presse régionale dès ce jeudi à 21h qu'Emmanuel Macron s'exprimera sur le déconfinement.

Certaines mesures sont d'ores et déjà connues ce jeudi après-midi.

Emmanuel Macron a annoncé la réouverture des commerces, des terrasses et de certains lieux culturels pour le 19 mai. Des jauges seront instaurées : des tables de 6 maxi pour les terrasses, 800 personnes maxi en intérieur pour les lieux culturels, 1 000 en extérieur, selon Europe 1.

Le 9 juin, les cafés et restaurants pourront rouvrir en intérieur, ainsi que les salles de sport. 

A compter du 19 mai, le couvre-feu débutera à 21 heures et à 23 heures à compter du 9 juin, avant de prendre fin le 30 juin. 

Ces mesures et ainsi que le calendrier annoncé par le chef de l'Etat devraient être appliqués sur l’ensemble du territoire national. L'évolution du taux d’incidence sera cependant déterminant afin de décider de l’application ou non des mesures. Le seuil d'alerte maximal est fixé à 400 cas testés positifs pour 100 000 habitants.

En Pays de la Loire, le niveau de circulation du virus reste élevé.

Selon les données du 27 avril, le taux d'incidence des cas testés positifs pour 100 000 habitants stagne à 275,4 tous âges confondus. Il est cependant en baisse chez les 65 ans et plus, passant de 163,3 au 23 avril, à 160,9 cas positifs pour 100 000 habitants.

Mais, département par département, la situation n'est pas aussi simple. Ce taux d'incidence est bien en baisse dans chacun d'entre eux, atteignant 227,3 en Loire-Atlantique, 247,8 en Maine-et-Loire, 243,6 en Mayenne, 225,4 en Vendée. Ces quatre départements peuvent ainsi être désormais considérés en zone "alerte renforcée".

Mais le taux d'incidence reste élevé en Sarthe avec 396,6 cas testés positifs pour 100 000 habitants. Le département reste ainsi en zone "Alerte maximale", qui concerne les territoires avec une circulation très intense du virus et dont la situation se dégrade. La Sarthe est d'ailleurs classée en vulnérabilité élevée par Santé Publique France depuis le 20 août.

La Sarthe, dans le top 10 des départements les plus touchés

Si la métropole mancelle enregistre un taux d'incidence de 412 cas testés positifs pour 100 000 habitants, la situation est encore pire dans d'autres bassins de vie du département.

Aux alentours de Sablé-sur-Sarthe, le taux d'incidence est ainsi de 427, en baisse, toutefois, après avoir atteint 672 le 18 avril dernier. La communauté de communes du Val de Sarthe est à 447, pire, celle du sud-est du Pays manceau a un taux d'incidence de 532. Les communautés de communes Loir-Lucé-Berné (446), Loué Brûlon-Noyen (506), Orée de Bercé-Bélinois (478), Maine Coeur de Sarthe (429), Maine Saosnois (410) n'échappent pas à la flambée du virus.

En revanche son taux de positivité baisse légèrement, passant de 11,5 le 23 avril, à 11, au 27 avril.

En France, pour la première fois depuis début avril, le nombre de malades du Covid-19 hospitalisés est repassé sous la barre des 30 000. Cependant 5 900 patients sont toujours en réanimation, selon les données de Santé Publique France.

La Sarthe est l'un des dix départements de France les plus touchés par l'épidémie de covid 19. Dès lors, elle pourrait ne pas connaître un épisode de déconfinement identique au reste de la région Pays de la Loire.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société emmanuel macron politique