• faits divers
  • sport
  • société
  • économie
  • football
  • Insolite

Jean-Michel Bazire, héros de l'Amérique

Le couple Bélina Josselyn-Jean-Michel Bazire, dimanche matin à Grosbois, à quelques heures de la victoire à Vincennes.
Le couple Bélina Josselyn-Jean-Michel Bazire, dimanche matin à Grosbois, à quelques heures de la victoire à Vincennes.

Le Sarthois Jean-Michel Bazire a remporté le 98e prix d'Amérique dimanche à Vincennes. Au sulky de Belina Josselyn, il signe un 4e succès comme driver. Le second comme entraîneur. 

Par Thierry Fourmy

Portrait de Jean-Michel Bazire
Portrait de Jean-Michel Bazire réalisé en mai 2016. T.Fourmy et M.Yvard.
Il ne manifeste rien au passage du poteau. Aucune émotion. Le scénario de la course ne le permet pas. Car, à l'entrée de la ligne droite, la victoire semblait compliquée pour Jean-Michel Bazire et sa jument de 8 ans, Belina Josselyn, surnommée la "ballerine".
La danseuse étoile de Vincennes a montré aussi qu'elle avait du caractère et que son driver était toujours aussi inspiré. Leur victoire n'a tenue qu'à un fil. Un final époustouflant. 200 mètres explosif et la jument normande, entraînée dans la Sarthe, vient coiffer sur le poteau le jeune norvégien Looking superb, piloté par un autre sarthois, Alexandre Abrivard. "A l'entrée de la ligne droite, je n'étais pas certains de gagner", confie Jean-Michel Bazire, qui à 47 ans signe un 4e succès en tant que driver dans l'Amérique, Mais elle a bien répondu quand je l'ai sollicitée...
Première victoire d'une jument en 20 ans
En s'imposant, Belina Josselyn met fin à une longue suprématie des mâles sur le machefer de Vincennes. La dernière femelle à s'être imposée était Moni Maker. C'était en 1999, c'était il ya vingt ans et la jument était drivée à l'époque par JMB lui-même. 
"C'est une grosse victoire pour l'élevage français et l'élevage Josselyn à Sées, appuie JMB en conférence de presse. Ils ont beaucoup investi et c'est une juste récompsense". 
Le haras du bois Josselyn a vu le jour dans les années 70 dans l'Orne. Crée par Yvan Bernard, il est dirigé aujourd'hui par son fils Pascal, heureux proriétaire de Belina Josselyn. 
"Je pense que c'était son année... Je suis très fier de ce succès... Très heureux aussi pour mon père qui a 92 ans a suivi cette victoire à la télévision...". 
Le trot, c'est une histoire d'hommes de peu de mots; de filiation aussi. Comme le propriétaire de Bellina Josselyn, Jean-Michel Bazire a suivi les traces de son père Michel, décédé en 2010.
Père-fils. Un lien unique à travers la passion des chevaux: "Ma plus belle victoire dans l'Amérique restera celle de Kesaco Phedo en 2004 aux côtés de mon père, reconnaît JMB au micro d'Equidia, après l'arrivée, le visage barbouillé de machefer".
Davidson du Pont, l'espoir
La 4e victoire du Sabolien comme entraîneur résonne encore plus fort avec la seconde place arrachée par le cheval norvégien Looking superb, entraîné en France par Bazire, et une 4e place obtenue par son troisième pensionnaire aligné dimanche, Davidson du Pont, jeune espoir prometteur que les spécialistes du trot présentent comme un futur gagnant du prix d'Amérique. "Il est encore jeune et n'a pas encore eu de combats dur à mener, tempère Jean-Michel Bazire. Je trouve qu'il a été le meilleur dans le peloton dimanche, mais le chemin est encore long...". 
Dès lundi, le Sarthois s'est remis au sulky, remportant une nouvelle course à Vincennes, après avoir fêté avec ses proches à Paris, son 4e succès dans l'Amérique. L'épilogue d'une année 2018 exceptionnelle.
Après des années à courir les victoires aux quatre coins de l'hexagone, il devrait lâcher la bride dans les prochains mois, se concentrer sur l'entraînement, et accompagner son fils Nicolas, 17 ans, vainqueur de son premier Quinté à Vincennes il ya deux semaines. Une histoire père-fils, là encore, une de plus, dans le milieu du trot. 
 

Nantes : le samedi 6 avril 2019, la vidéo de manifestants pris au piège d'une "nasse" fait polémique

Les + Lus