24 Heures du Mans : 5 millions d'euros pour la Matra MS 670 victorieuse en 1972

La Matra MS 670 vient de changer de main. Elle a été vendue aux enchères ce jeudi 49 ans après avoir remporté la prestigieuse course des 24 Heures du Mans. 

La Matra MS 670 victorieuse des 24 Heures du Mans en 1972 avant sa mise aux enchères le 5 février 2021
La Matra MS 670 victorieuse des 24 Heures du Mans en 1972 avant sa mise aux enchères le 5 février 2021 © Maxppp - Ian Langsdon

C'était l'époque d'Henri Pescarolo et de Graham Hill. Les amateurs de bolides connaissent les noms de ces pilotes et de la voiture qu'ils conduisaient en 1972 quand ils ont remporté les 24 Heures du Mans. C'est la Matra MS 670. Elle a été vendue aujourd'hui à 5 millions d'euros.

Près de 50 ans après sa performance, le bolide a été mis aux enchères ce vendredi à Paris par la maison Artcurial. La mise à prix était de 3 millions d'euros. Au bout d'une dizaine de minutes de surenchères, deux acheteurs au téléphone se sont retrouvés au coude-à-coude dans la dernière ligne droite. Le commissaire priseur Hervé Poulain a relancé une dernière fois avec insistance l'une de ses collègues pour savoir si celui qu'elle représentait souhaitait surenchérir  : "c'est le sentiment patriotique qui me fait insister". A l'écouter, on comprend que cet acheteur qui hésite est français et que l'autre ne l'est pas. Le commissaire priseurs n'obtient pas de réaction à sa dernière sollicitation. "J'adjuge à 5 millions d'euros". Le marteau tombe. Une page d'histoire se tourne pour les 24 Heures du Mans et tous les amoureux des voitures de course fabriquées en France. L'identité du nouveau propriétaire n'a pas été annoncée à l'issue de l'enchère.

C'est un coup de poignard dans le dos

Pierre Bertous, ancien salariés de l'usine Matra à Romorantin (France Bleu)

C'est le groupe Lagardère qui était le précédent propriétaire de la Matra MS 670. Et c'est lui qui a donc décidé de la mise en vente. La voiture a été produite dans le Loir-et-Cher à Romoratin.

Avant le début des enchères, France Bleu rapportait la réaction d'un ancien salarié de l'usine Matra de Romorantin, aujourd'hui fermée : "La position de Lagardère est inadmissible, c'est un coup de poignard dans le dos des salariés qui l'ont fabriquée". Une réaction recueillie avant la vente et où l'ancien de Matra précise que "cette voiture fait partie du patrimoine national et doit rester en France." La craine était de la voir partir à l'étranger. Elle était jusque-là la pièce maîtresse du Musée Matra. Réactions complètes ici sur France Bleu.

Revoir la victoire de 1972

"La victoire sourit aux opiniâtres". Avec des images et des commentaires de l'époque, l'Institut National de l'Audiovisuel (Ina) propose un reportage sur la victoire de la Matra en 1972. A l'épopque, on disait Matra-Simca. Vidéo sur la site de l'Ina.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
24 heures du mans sport auto-moto