Coronavirus : Le Mans est prêt pour accueillir les élèves dès le 11 mai

Le maire du Mans Stéphane Le Foll se dit prêt à mettre en œuvre le plan de déconfinement. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Le maire du Mans Stéphane Le Foll se dit prêt à mettre en œuvre le plan de déconfinement. / © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Le maire du Mans Stéphane Le Foll s'est exprimé aujourd'hui en ce sens lors d'une conférence de presse. Il annonce une division de la semaine en deux pour maintenir les effectifs scolaires en dessous de 15 élèves.

Par Yann Ledos

Lors d’une audio-conférence de presse aujourd’hui, le maire du Mans Stéphane Le Foll a détaillé le plan de déconfinement au niveau local.

Premier point et non des moindres : l’accueil des élèves manceaux dès le 11 mai prochain avec la prise en charge des enfants en grande section de maternelle et en CP.
Alors que la désinfection des locaux est en cours dans toutes les écoles de la ville, le maire a indiqué le modus operandi de cette reprise.

À partir de ce jeudi, les parents seront contactés pour recenser les élèves qui pourraient retourner en classe. En fonction du nombre d’élèves par classe, la semaine pourrait être séparée en deux. Ainsi, au dessus de quinze enfants, un premier groupe retournerait en classe le lundi et le mardi, un second groupe le jeudi et le vendredi. 

La restauration scolaire reprendrait, elle aussi, du service. Stéphane Le Foll indique que la réouverture des cantines est indispensable pour répondre aux besoins des plus démunis, « pour lesquels le repas du midi est parfois le seul véritable repas de la journée. » Depuis le début du confinement, les services de la ville, en lien avec les associations caritatives, ont ainsi distribué plus de 12 000 repas. Et la demande est en augmentation…

Les services de la ville réfléchissent maintenant aux moyens nécessaires à mettre en place pour respecter des distances suffisantes entre les enfants pendant les repas : un service par classe, des piques-niques en cas de météo favorable, etc. Les temps péri-scolaires sont, à priori, maintenus en l’état mais des réunions à venir devraient en préciser les contours.

Les crèches, elles, rouvriront dès le 11 mai avec une capacité d’accueil de 200 enfants sur un potentiel normal de 350. Il s’agira donc de donner la priorité aux familles mono-parentale et aux salariés sans autre possibilité de garde.

Le outils du déconfinement

Stéphane Le Foll a expliqué l’importance du port du masque dans les semaines et les mois qui viennent. « Ce sont des outils précieux mais il ne sont efficaces que s’ils sont bien utilisés. » L’ancien ministre de l’agriculture encourage tous les citoyens à produire, pour ceux qui le peuvent, des masques réutilisables pour leur propre consommation. Des ateliers solidaires de production sont d’ailleurs en plein développement, avec le soutien de la collectivité.

La ville, de son côté, vient d’acquérir 168 000 masques en tissu qui seront dispatchés à la population la plus fragile dès le 12 mai prochain dans des lieux de distribution répartis dans l’agglomération, avec des modes d’emploi détaillés.

Il est nécessaire de travailler avec méthode, prudence et organisation. Nos concitoyens ont besoin que l’on puisse lâcher un peu de lest, mais pas n’importe comment. - Stéphane Le Foll, maire du Mans


En complément, la municipalité s’est associée aux principaux acteurs de la grande distribution pour des achats groupés : 41 000 masques seront ainsi vendus à prix coûtant dans les grandes surfaces dès le début du déconfinement.
 

Les services de la ville vont s’adapter

Les masques seront obligatoires dans les transports en commun de l’agglomération. Tous les agents de la ville vont en être équipés.

En parallèle, les différents services de la ville vont subir quelques modifications pour assurer des barrières sanitaires suffisantes pour les agents et les usagers. Des séparations en Plexiglas vont être installées dans tous les guichets des services municipaux : police de proximité, musées, état civil, CCAS…

Le maire du Mans n’a pas renoncé, non plus, aux rendez-vous culturels de l’été. Une réflexion est en cours pour les Soirs d’été, des rencontres théâtrales ou musicales en plein air dans les quartiers. Les places pourraient être limitées et les lieux plus dispersés pour éviter les concentrations trop importantes de personnes.

Enfin, l’élu alerte sur la dégradation rapide des finances de la ville : « Il y a nécessité d’aider et de soutenir, au mieux, les Manceaux et les Mancelles mais aussi de maîtriser l’impact financier de cette crise. »

Une équation pas évidente à résoudre car les achats de masques et la participation financière de la ville au fonds de résilience, mis en place par la région Pays de la Loire, ont obéré les finances de deux à trois millions d’euros. Quant aux recettes, elle seront diminuées de plusieurs millions d’euros à cause de la baisse du versement mobilité transport des entreprises.

Sur le même sujet

Les + Lus