Ehpad en faillite. "On a multiplié par trois la facture", une crise sans précédent pour cet établissement public

durée de la vidéo : 00h02mn00s
Inflation, hausse du coût de l'énergie, aujourd'hui de nombreux Ehpad connaissent des difficultés financières. À Coulans-sur-Gée, dans la Sarthe, l'établissement La Chanterie ne fait pas exception. ©Marc Yvard et Charles Proult

Les Ehpad publics français sont en difficulté économique. À Coulan-sur-Gée, dans la Sarthe, l'établissement La Chanterie est dans une crise financière sans précédent. Les résidents sont inquiets et la direction en appel aux collectivités.

La ministre déléguée aux personnes âgées, Fadila Khattabi, a annoncé, mardi 23 avril, une aide financière pour les Ehpad. Le gouvernement va attribuer 650 millions d'euros à ce secteur, dont 190 millions aux établissements publics.

Inflation, hausse du coût de l'énergie, les Ehpad qui connaissent d'importantes difficultés financières sont nombreux. À Coulans-sur-Gée, dans la Sarthe, l'établissement La Chanterie ne fait pas exception. 

Une crise sans précédent

En 15 ans de direction de cet Ehpad, Élisabeth Guillot n'a jamais connu une telle pression budgétaire. Avec la hausse du coût des denrées alimentaires, le recours massif à l'intérim à cause des difficultés de recrutement, le déficit de l'établissement s'élève aujourd'hui à 180 000 euros. Avec l'explosion de la facture énergétique, c'est le coup de grâce pour la directrice de l'établissement. 

On a multiplié par trois la facture

Élisabeth Guillot

Directrice de l'Ehpad La Chanterie

"On est passé de 70 000 à 190 845 euros exactement", s'inquiète la directrice de l'Ehpad. Chaque dépense est passée au peigne fin, pour essayer de réduire les coûts.

"On va revoir tous les contrats qu'on a avec nos fournisseurs, pour peut-être refaire un appel d’offres et avoir des contrats plus intéressants", suggère Élisabeth Guillot.

Une transparence qui inquiète

Tous les résidents de La Chanterie sont au courant de la situation."Moi, je me plais bien ici, je ne me vois pas déménager", confie Jeanne, une résidente.

Sandrine Lecomte est cadre de santé dans l'établissement. Elle a remarqué une inquiétude et un stress généralisé. Il n'y a pas que les résidents qui sont préoccupés, les familles et le personnel s'interrogent aussi sur l'avenir.

Il faut rassurer tout le monde

Sandrine Lecomte

Cadre de santé

"L'objectif, c'est d'alerter les médias, surtout pour sensibiliser les tutelles", ajoute Sandrine Lecompte.

Appel aux collectivités 

Cet appel aux collectivités est relayé par le maire et le président du Centre communal d'action sociale (CCAS) qui gère l'établissement, Michel Briffault. Il espère une aide conséquente de l'Agence régionale de santé et du département.

120 000 euros, ce serait déjà quelque chose qui nous permettrait de boucler les comptes

Michel Briffault

Maire et président du CCAS de Coulans-sur-Gée

Le président du conseil départemental, Dominique Le Mèner, se veut beaucoup plus rassurant sur le dossier. "Nous suivons de près la comptabilité des différents établissements. Cet établissement est en bonne santé financière et il est bien géré" met en évidence Dominique Le Mèner. Il ajoute, "l'établissement a même réussi à dégager un excédent de 500 000 euros, ce qui va lui permettre d'affronter les difficultés du moment".

L'excédent en question serait aujourd'hui réduit à 100 000 euros, selon la direction de l'établissement. Une somme qui ne permettrait à l'Ehpad que de tenir environ six mois.

Selon l'Union nationale des CCAS de France, près de 85 % des Ehpad publics en France sont en difficulté.

Retrouvez-nous sur nos réseaux sociaux et sur france.tv

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité